Des dizaines de gènes déterminent notre taille

Les résultats d’une étude internationale, fruit de la collaboration de plus de 200 instituts de recherche à travers le monde et incluant plus de 180 000 personnes, nous donne un aperçu de la complexité génétique dans la détermination d’un trait physique comme la taille.

Les résultats de cette étude, publiée dans la revue Nature1, montrent que pas moins de 180 sites éparpillés à travers notre génome joueraient un rôle pour déterminer notre taille. Ces zones sont liées à des gènes impliqués dans la croissance osseuse, la densité des os et l’obésité. Néanmoins les chercheurs estiment qu’il reste encore beaucoup à apprendre et que des études à une échelle plus grande encore vont être nécessaire.

Selon les estimations, 80% des différences de taille sont dues à des facteurs génétiques. Contrairement à certaines pathologies qui sont causées par un seul gène défectueux, les différences concernant la taille ne sont aussi évidentes à déterminer.

Les recherches tendent en effet à montrer qu’un grand nombre de gènes produisent des effets cumulés et séparer les effets de chacun de ces gènes peut être difficile à moins d’analyser le code génétique d’un grand nombre d’individus. Afin d’y parvenir, un consortium appelé GIANT (pour Genetic Investigation of ANthropometric Traits) a réuni des dizaines de chercheurs pour analyser les résultats de plusieurs dizaines d’études et ainsi obtenir un groupe d’étude fort de 183 000 individus. Au terme de ce travail de fourmis les chercheurs ont trouvé des variations à 180 endroits différents de l’ADN.

Ces locations ne sont pas réparties au hasard dans le génome mais souvent regroupées dans des zones déjà connues pour contenir des gènes liés à la taille. Par exemple, 21 des 180 points identifiés sont à proximité de gènes connus pour entrainer, dans de rares cas, une croissance osseuse anormale, suggérant ainsi qu’ils puissent réguler la fonction de ces gènes.

Le Dr Joel Hirschhorn du Children’s Hospital de Boston et également membre de la faculté de médecine de Harvard (Etats-Unis) qui a dirigé cette étude estime que cette étude est un immense pas en avant dans la compréhension des variations génétiques qui régissent notre taille.

Cette étude a non seulement permis de comprendre que les gènes liés à notre taille sont régulés par des gènes environnants mais elle a également permis d’identifier de nouveaux candidats qui pourraient jouer un rôle déterminant pour la croissance, selon le Dr Mike Weedon, co-auteur de l’étude et membre de la Peninsula Medical School en Angleterre.

« Cette étude met également en lumière la complexité, jusque là sous-estimé, du problème pour comprendre les voies biologiques qui gouvernent la croissance et la taille, »

estime pour sa part le professeur Tim Frayling également impliqué dans l’étude. Une complexité qui nécessitera d’entreprendre des études à une échelle bien plus grande.

Notes et références

  1. Hundreds of variants clustered in genomic loci and biological pathways affect human height. Allen HL et al. Nature. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).