Mort subite du nourrisson : un facteur génétique en cause

Une étude parue dans Journal of the American Medical Association suggère que la mort subite du nourrisson (MSN) aurait une cause génétique. Les chercheurs ont observé en effet que les nourrissons qui meurent du syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN) ont tous une irrégularité dans la région du tronc cérébral, région qui contrôle notamment la respiration et la régulation de la température.

Les chercheurs du Boston Children’s Hospital and Harvard Medical School ont comparé les tissus cérébraux de 31 bébés morts du SMSN avec 10 tissus de nourrissons décédés suite à d’autres causes.
L’étude a montré que le tronc cérébral des nourrissons décédés de MSN contenait plus de cellules nerveuses qui fabriquant et utilisant la sérotonine, une molécule mieux connu pour contrôler notre humeur mais aussi des fonctions vitales comme la respiration par exemple. Mais dans le même temps, il y avait moins de récepteurs de la sérotonine, les rendant incapable de traiter le neurotransmetteur.

Les experts pensent que cette découverte n’est qu’une pièce du puzzle et d’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre cette maladie et surtout l’empêcher de survenir.

Des centaines de nourrissons sont chaque année victimes de MSN

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).