reveil

Le changement d’heure déclenche plus d’infarctus

Une large étude américaine révèle que le changement d’heure opéré au printemps pourrait avoir plus d’impact que ce qu’on pensait précédemment.

Les chercheurs ont en effet observé une augmentation de 25% du nombre d’infarctus les lundis suivants le changement d’heure du printemps (le changement qui nous fait perdre une heure de sommeil). A l’opposé, quand nous gagnons une heure de sommeil en automne, les chercheurs ont observé une chute de 21% du nombre d’infarctus.

Les chercheurs ont en outre observé que le nombre total d’infarctus ne varie pas la semaine suivant le changement d’heure, c’est à dire qu’il y a un pic en début de semaine et ce pic est « compensé » le reste de la semaine. Une des hypothèses avancées par les chercheurs pour expliquer le phénomène est qu’un changement brusque d’heure présente un risque accru pour les personnes déjà fragiles.

Ces observations ont été faites sur un total de 42 060 admissions dans les hôpitaux non-fédéraux dans l’Etat du Michigan aux Etats-Unis sur une période de 1354 jours (allant du 1er janvier 2010 au 15 septembre 2013).
L’étude va être publiée dans la revue Open Heart1 et sera également présentée durant les rencontres scientifques annuelles de l’American College of Cardiology2.

Notes et références

  1. http://openheart.bmj.com/ []
  2. Crédit photo : Flickr/Photo by Denise Mattox []

Un Commentaire

  1. Puis je connaitre le nom des auteurs de ce fameux article que j’aimerais lire.
    Merci

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).