Accident de recherche avec le virus Ebola dans un laboratoire allemand

virus-ebola-quarentaineUn accident est survenu en manipulant le virus Ebola en Allemagne dans un laboratoire de Hambourg. Une chercheuse a été mise en quarantaine après s’être piquée la main avec une seringue contenant le dangereux virus. L’accident s’est produit jeudi dernier, l’information a été rendu publique mardi.

La chercheuse manipulait le virus dans un laboratoire de classification P4 (laboratoire de sécurité maximale) situé dans l’institut Bernhard-Nocht de médecine tropical de Hambourg lorsqu’elle s’est piqué la main à travers 3 paires de gants.

« Comme elle ne montrait à ce moment-là aucun symptôme, il n’existe aucun risque de contamination pour les personnes qui ont été en contact avec elle »,

a déclaré l’établissement.

La souche du virus qui était contenue dans la seringue étant mortelle à 90% et

« en l’absence de tout moyen prophylactique ou de traitement, il a été décidé, en accord avec des experts internationaux, de la soumettre à un protocole personnalisé, basé sur un vaccin synthétique testé avec succès au stade pré-clinique aux Etats-Unis »,

poursuit le communiqué de l’institut.

Le vaccin été injecté à la patiente, avec son accord, le 14 mars. Une montée de fièvre a été observée dans les 24 heures suivantes, comme s’y attendaient les médecins. La fièvre pouvant être un signe de début d’infection et de transmission possible, la patiente a été placée en unité d’isolement le dimanche.

La fièvre est depuis retombée,

« ce qui plaide fortement en faveur d’une réaction au vaccin et d’une absence d’infection »,

a indiqué une porte-parole de la clinique à l’AFP, Katherin Herbst.

Le virus Ebola

Le virus Ébola est un filovirus (appartient à la famille des Filoviridae), c’est à dire un virus à ARN à simple brin et polarité négative.

La durée d’incubation de la maladie est de 2 à 21 jours.

Les symptômes de la fièvre hémorragique à Ébola se caractérise par une soudaine montée de fièvre accompagnée d’asthénie, de myalgie, de céphalées ainsi que de maux de gorge. Débutent ensuite les diarrhées, les vomissements, les éruptions cutanées et l’insuffisance rénale et hépatique. Des hémorragies internes et externes surviennent ensuite, suivies du décès par choc cardio-respiratoire dans 50 à 90 % des cas. Les signes hémorragiques peuvent être très frustes à type d’hémorragies conjonctivales. Elles peuvent aussi être profuses à type d’hématémèse et de melæna. La contagiosité des malades est donc très variable bien qu’il ne suffise que de 5 à 10 particules virales d’Ébola pour déclencher une amplification extrême du virus dans un nouvel hôte.

Sources: AFP, Wikipédia (Ebola)

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).