Découverte d’un mécanisme cellulaire qui combat le virus de l’herpès

herpes-oralDes chercheurs ont découvert un nouveau moyen qui permet à notre système immunitaire de combattre le virus évasif responsable de l’infection herpétique : le virus herpes simplex de type 1 (HSV-1). Les résultats sont publiés dans le dernier numéro de la revue scientifique Nature Immunology.

L’herpès est une maladie virale chronique responsable d’éruptions cutanées récidivantes

Cette étude d’une durée de cinq ans, en partie financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, est un projet mené conjointement par l’Université de Washington et l’Université de l’État de Pennsylvanie.

« Lorsque les cellules humaines sont infectées par le virus herpes simplex de type 1, le virus revient car il se cache et bloque la protection du système immunitaire,

explique Luc English, premier auteur de la recherche et doctorant au Département de pathologie et de biologie cellulaire de l’Université de Montréal.

Pour la première fois, notre équipe de recherche a identifié un mécanisme cellulaire de combat dans ce jeu de cache-cache. »

« Nous avons découvert que la membrane nucléaire d’une cellule infectée peut démasquer le virus herpes simplex de type 1 et stimuler le système immunitaire à le désintégrer »,

poursuit M. English.

L’équipe a effectué sa découverte dans le cadre de diverses analyses de cellules de souris infectées par le HSV-1. Elle a observé, en laboratoire, que durant une période imitant une fièvre peu élevée, entre 38,5 et 39, les mécanismes de lutte contre l’herpès se déclenchaient dans les cellules

L’équipe de recherche prévoit maintenant étudier comment le déclenchement du processus cellulaire de lutte contre l’herpès pourrait être appliqué à d’autres maladies. Le résultat pourrait accélérer le développement de thérapies visant à éviter d’autres bactéries, parasites et virus qui éludent le système immunitaire.

« Notre objectif est d’étudier plus avant les molécules qui participent à ce mécanisme pour un jour mettre au point des thérapies contre des maladies comme le VIH ou même le cancer »,

a indiqué M. English.

Selon le Dr Michel Desjardins, directeur de la recherche et professeur au Département de pathologie et de biologie cellulaire de l’Université de Montréal, des options de traitement pourraient être imaginables d’ici une dizaine d’années.

« Maintenant que nous avons identifié un nouveau mécanisme des cellules qui déclenche la réaction immunitaire au virus herpes simplex de type 1, les chercheurs se sont rapprochés de la création de nouveaux traitements qui peuvent déclencher la défense contre ce virus et d’autres,

dit-il.

Même si elles ne pourront peut-être pas éradiquer complètement le virus herpes simplex de type 1 chez ceux qui sont déjà infectés, les nouvelles thérapies pourront au moins le maintenir dans son état dormant. »

Les différents stades de l’infection par l’herpès simplex virus

La primo-infection par le HSV se fait souvent au niveau des cellules épithéliales d'une muqueuse. L'ADN viral gagne le noyau ou la réplication a lieu. Certains virus pénètrent dans les nerfs sensoriels et l'ADN viral est largué dans le noyau des cellules nerveuses ou s'établit la phase de latence. De façon périodique, des réactivations ont lieu. Les particules virales (capsides) néoformées sont transportées vers les terminaisons nerveuses et à partir de là les cellules épithéliales sont ré-infectées conduisant aux lésions récurrentes.

La primo-infection par le HSV se fait souvent au niveau des cellules épithéliales d'une muqueuse. L'ADN viral gagne le noyau ou la réplication a lieu. Certains virus pénètrent dans les nerfs sensoriels et l'ADN viral est largué dans le noyau des cellules nerveuses ou s'établit la phase de latence. De façon périodique, des réactivations ont lieu. Les particules virales (capsides) néoformées sont transportées vers les terminaisons nerveuses et à partir de là les cellules épithéliales sont ré-infectées conduisant aux lésions récurrentes.


Article: Autophagy enhances the presentation of endogenous viral antigens on MHC class I molecules during HSV-1 infection
Auteurs: Luc English, Magali Chemali, Johanne Duron, Christiane Rondeau, Annie Laplante, Diane Gingras, Diane Alexander, David Leib, Christopher Norbury, Roger Lippé et Michel Desjardins
Journal de publication: Nature immunology

Source: EurekAlert
Illustration: Nature Reviews Microbiology [doi:10.1038/nrmicro1794]

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).