Observation d'un coronavirus, au microscope, fournie par l'Agence de protection de la santé britannique, à Londres (Royaume-Uni), le 19 février 2013. ( REUTERS)

Premier cas d’infection en France par le nouveau coronavirus (nCoV)

La Direction générale de la Santé a confirmé en France un premier cas d’infection respiratoire aiguë par le nouveau virus de la famille des coronavirus (nCoV), un virus proche de celui responsable de l’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) de 2003. Un numéro vert a été mis en place.

Observation d'un coronavirus, au microscope, fournie par l'Agence de protection de la santé britannique, à Londres (Royaume-Uni), le 19 février 2013. ( REUTERS)

« C’est le premier et seul cas confirmé en France à ce jour » de ce nouveau virus de la famille des coronavirus, ont indiqué les autorités sanitaires, en précisant qu’il concernait « une personne de retour d’un séjour aux Emirats arabes unis. » Le cas n’a été confirmé qu’hier soir.

L’homme de 65 ans, un habitant du département du Nord, a été hospitalisé le 23 avril à Valenciennes, puis transféré à Douai le 29 avril, où il est placé à l’isolement et en réanimation et bénéficie de « soins de suppléance », soit assistance respiratoire et « échange sanguin », a précisé Jean-Yves Grall, Directeur général de la santé, lors d’une conférence de presse. Il a été transféré à Lille cet après-midi. L’homme avait séjourné à Dubaï du 9 au 17 avril pour des vacances en famille, a-t-il précisé. Il a été hospitalisé avec des troubles respiratoires aigus.

Les symptômes sont semblables à ceux d’une pneumonie. Pour le soigner, les médecins ont installé une membrane artificielle qui lui permet de respirer. Le patient est intubé, ventilé et endormi. De l’aveu même des médecins, sont état serait inquiétant. L’individu était particulièrement fragile puisqu’il était régulièrement suivi à l’hôpital de Valenciennes pour une pathologie digestive avant même d’être contaminé.

Le coronavirus

Les coronavirus sont une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l’homme, depuis le rhume banal jusqu’au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Les virus de cette famille provoquent également plusieurs maladies chez l’animal.

Nouveau coronavirus

Le nouveau coronavirus est une souche particulière jamais encore identifiée chez l’homme. Avec seulement un petit nombre de cas notifiés jusqu’à présent, on a très peu d’informations sur la transmission, la gravité et les conséquences cliniques de cette infection. Il n’existe pas de traitement efficace à ce jour.

Faut-il s’inquiéter ?

Cet nCoV est connu depuis septembre 2012. A ce jour, l’OMS précise qu’elle a été informée de 30 cas confirmés en laboratoire d’infection humaine à nCoV au total, pour l’ensemble du monde, parmi lesquels 18 décès. Les inquiétudes viennent du fait qu’il s’agit d’un virus proche de celui responsable de l’épidémie du SRAS de 2003. La proximité de structure ne renvoie cependant pas à une similitude de comportement et de contagiosité. Selon les médecins, le virus est moins contagieux que le SRAS mais plus mortel.

L’épidémie de SRAS de 2003

Le SRAS était parti fin 2002 de Chine avec un seul individu qui avait mangé une civette à Canton. Arrivé à Hong Kong, il a progressivement contaminé le monde entier. L’épidémie a éclaté au niveau mondial en 2003 faisant plus de 8000 cas et près de 800 morts. Grâce à une mobilisation internationale sans précédent, motivée par l’alerte mondiale déclenchée le 12 mars 2003 par l’OMS, l’épidémie a pu être endiguée par des mesures d’isolement et de quarantaine. De même, l’agent causal du SRAS, un coronavirus inconnu jusqu’alors, a pu être rapidement identifié.

Un numéro vert

Un numéro vert, le 0800 13 00 00, « a été ouvert cet après-midi pour que les Français trouvent des réponses à leurs questions », a indiqué de son côté la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).