Le rôle central de l’hème libéré dans le sang en cas de septicémie

Un composé contenant du fer, l’hème (comme celles des molécules d’hémoglobine) peut dans certains aggraver les infections bactériennes dans le sang. Des chercheurs rapportent dans la revue Science Translational Medicine1 qu’une protéine appelée hémopexine peut le neutraliser et protéger les souris de ses effets nocifs.

Les infections bactériennes généralisées (septicémie) peuvent être très dangereuses. Elle peuvent provoquer une chute de la pression sanguine et la défaillance des organes vitaux. Ces résultats pourraient conduire à de nouveaux moyens de surveiller les infections bactériennes dans le sang. La mesure de l’hème et de l’hémopexine chez les patients présentant une septicémie pourrait à l’avenir aider les médecins à prédire ceux qui nécessitent d’emblée un traitement plus agressif. De plus, ces patients à haut risque seraient alors susceptibles de recevoir de l’hémopexine ou une substance détruisant l’hème et d’être parfois sauvés.

Les globules rouges du sang, ou érythrocytes, sont altérés en cas de septicémie. Leur déchirure entraîne la libération d’hémoglobine, et donc de l’hème qu’elle porte, dans le sang. Cette molécule n’est pas sans danger car elle exacerbe l’inflammation et la mort cellulaire, les lésions d’organes et augmente le risque de décès.

Les chercheurs ont découvert que des souris dépourvues de l’enzyme responsable de la dégradation de l’hémoglobine avaient plus d’hème en circulation, ce qui les rendait plus susceptibles de mourir en cas de septicémie. En outre, les chercheurs ont montré que l’hémopexine, une protéine produite par l’organisme pour le purger de l’hème, protégeait les souris des effets nocifs de l’hème et réduisait les risques de complications et de mort. La prochaine étape sera de tester chez l’homme si l’hémopexine a aussi une telle action protectrice2.

Notes et références

  1. A Central Role for Free Heme in the Pathogenesis of Severe Sepsis. Rasmus Larsen, Raffaella Gozzelino, Viktória Jeney, László Tokaji, Fernando A. Bozza, André M. Japiassú, Dolores Bonaparte, Moisés Marinho Cavalcante, Ângelo Chora, Ana Ferreira, Ivo Marguti, Sílvia Cardoso, Nuno Sepúlveda, Ann Smith & Miguel P. Soares. Science Translational Medicine. []
  2. Source : EurekAlert. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).