Un vaccin universel contre la grippe ?

De nouvelles recherches sur des modèles animaux pourraient aboutir à la mise au point d’un vaccin antigrippal protecteur contre de nombreuses souches et donc utilisable d’une année sur l’autre.

Un vaccin universel contre la grippeDes chercheurs américains rapportent qu’une immunisation avec de l’ADN du virus de la grippe avant une relance par un vaccin saisonnier a permis d’induire des anticorps capables de neutraliser une large éventail de virus H1N1 chez la souris, le furet et des primates, homme excepté. Les travaux ont été publiés dans la revue Science1.

Actuellement, les vaccins contre la grippe saisonnière induisent la production d’anticorps dirigés contre des régions de l’hémagglutinine virale (HA), une protéine dont les changements rapides permettent au virus de résister au vaccin. Certaines régions de l’hémagglutinine sont plus stables et les chercheurs aimeraient développer un vaccin capable de susciter des anticorps contre elles et ainsi garantir une protection élargie contre le virus. Dans cette étude, les chercheurs ont montré qu’une combinaison vaccinale avec sensibilisation puis relance offre une telle protection chez l’animal.

Structure du virus de la grippe. Les sous-types sont définis par glycoprotéines de surface (H pour Hémagglutinine et N pour Neuraminidase).

Structure du virus de la grippe. Les sous-types sont définis par glycoprotéines de surface (H pour Hémagglutinine et N pour Neuraminidase).

Stratégie prime-boost

La « sensibilisation » consiste à injecter de l’ADN codant pour l’hémagglutinine virale et la « relance » est constituée par le vaccin saisonnier classique contre la grippe. Cette combinaison, encore appelé stratégie prime-boost, a neutralisé le virus dans les échantillons de sang des souris, des furets et de primates, et aussi protégé souris et furets contre l’infection par différentes souches grippales.

Des recherches seront nécessaires pour déterminer dans quelle mesure ce type de stratégie vaccinale pourrait s’appliquer à l’homme. Les auteurs soulignent que l’immunité antigrippale préexistante chez l’homme peut perturber l’efficacité du vaccin, mais que dans ce cas il pourrait encore être utile pour les jeunes enfants et les bébés n’ayant pas encore ce genre d’immunité2.

Notes et références

  1. Induction of Broadly Neutralizing H1N1 Influenza Antibodies by Vaccination. Chih-Jen Wei, Jeffrey C. Boyington, Patrick M. McTamney, Wing-Pui Kong, Melissa B. Pearce, Ling Xu, Hanne Andersen, Srinivas Rao, Terrence M. Tumpey, Zhi-Yong Yang, Gary J. Nabel. Science. []
  2. Source : EurekAlert []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).