La mélatonine pour lutter contre l’obésité

Des scientifiques de l’Université de Grenade (Espagne) ont démontré que la mélatonine, une hormone naturelle que secrète le propre corps, sert à contrôler le poids sans besoin de réduire l’ingestion d’aliments, et améliore le profil lipidique du sang en réduisant les triglycérides, en augmentant le cholestérol-HDL et en diminuant le cholestérol-LDL. Les résultats viennet d’être publiée dans la revue scientifique Journal of Pineal Research1.

La mélatonine se trouve à petites doses dans certains fruits et légumes, comme la moutarde, les baies de Goji, les amandes et les graines de tournesol, le cardamome, le fenouil, le coriandre et les cerises, d’où leur consommation pourrait contribuer à contrôler le poids et à prévenir les maladies cardiovasculaires associées à l’obésité et à la dyslipidémie.

Recherche avec des rats

Les chercheurs ont analysé les effets de la mélatonine sur l’obésité, la dyslipidémie et l’hypertension associée à l’obésité chez des rats Zucker jeunes obèses diabétiques, un modèle expérimental du syndrome métabolique. Étant donné que les bénéfices dérivés de l’administration de la mélatonine se sont produits chez des rats jeunes, avant de développer des complications métaboliques et vasculaires, les scientifiques croient que la mélatonine pourrait contribuer à prévenir les maladies cardiovasculaires associées à l’obésité et à la dyslipidémie.

Les auteurs de l’étude soulignent que si ces recherches se confirment chez les humains, l’administration de mélatonine et l’ingestion d’aliments qui en contiennent pourraient devenir un outil pour combattre l’obésité et les facteurs de risque qui y sont associés2.

Notes et références

  1. Ahmad Agil, Miguel Navarro-Alarcón, Rosario Ruiz, Sawsan Abuhamadah, Mohamad-Yehia El-Mir, Gumersindo Fernández Vázquez. Beneficial effects of melatonin on obesity and lipid profile in young Zucker diabetic fatty rats. Journal of Pineal Research. []
  2. Source : EurekAlert []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).