Le gène FTO prédisposerait à l’obésité

Une équipe de chercheurs britanniques a identifié un gène -appelé FTO- très largement répandue dans la population et qui pourrait prédisposer à l’obésité. Les personnes disposant de la « mauvaise » variante du gène FTO ont 70% de chance en plus d’être obèse et pèsent en moyenne 3kg de plus.
L’étude, publiée dans la prestigieuse revue scientifique Science1, a été menée par des chercheurs des universités anglaises d’Oxford et d’Exeter.

Le gène FTO prédisposerait à l'obésité Cette découverte pourrait expliquer pourquoi parmi deux personnes mangeant la même chose et ayant la même activité physique, l’une aura plus de difficultés à perdre du poids par rapport à l’autre.

L’obésité est un facteur de risque accrue de diabète de type 2, de maladies cardio-vasculaires, et favoriserait l’apparition de certains cancers. L’obésité se mesure principalement par l’indice de masse corporel (IMC). Un individu est considéré obèse lorsque son IMC est supérieur à 30 kg/m2.

Les chercheurs ont d’abord identifié le gène FTO en s’intéressant à 2000 patients diabétiques de type 2 et 3000 personnes en bonne santé. Certaines variantes de ce gène revenaient fréquemment chez les personnes diabétiques. Ils se sont ensuite intéressés à ce gène dans la population générale. Les résultats de 37 000 personnes volontaires ont été compilés. Il existe deux variantes de ce gène, dont l’une est « mauvaise ». Chaque personne possède deux copies du gène FTO, il est localisé sur le chromosome 16.
L’étude montre que le gène FTO est clairement associé avec un IMC et un taux d’obésité élevé. Les résultats montrent ainsi que si une personne possédant une copie de la « mauvaise » variante du gène FTO a 30% de chance d’être obèse, si elle présente 2 copies de cette variante, elle a 70% de chance d’être obèse et elle pèse en moyenne 3kg de plus. 16% de la population européenne serait porteuse des 2 copies de la variante considérée à risque.
On ne connait pas par contre la fonction de ce gène, mais cette découverte ouvre des nouvelles voies d’étude pour comprendre les mécanismes biologiques qui régissent l’obésité et ses complications médicales.

Le gène FTO n’est pas le gène de l’obésité

Avoir la variante prédisposant à l’obésité ne signifie pas qu’une personne va être obèse. Tout comme ce gène ne suffit pas expliquer pourquoi certaines personnes ont 30 kg en trop. Il ne s’agit que d’un facteur de prédisposition. Une alimentation équilibrée accompagnée de la pratique régulière d’une activité physique reste capitaux pour maintenir un poids raisonnable.

Notes et références

  1. A Common Variant in the FTO Gene Is Associated with Body Mass Index and Predisposes to Childhood and Adult Obesity. Timothy M. Frayling, Nicholas J. Timpson, Michael N. Weedon, Eleftheria Zeggini, Rachel M. Freathy, Cecilia M. Lindgren, John R. B. Perry, Katherine S. Elliott, Hana Lango, Nigel W. Rayner, Beverley Shields, Lorna W. Harries, Jeffrey C. Barrett, Sian Ellard, Christopher J. Groves, Bridget Knight, Ann-Marie Patch, Andrew R. Ness, Shah Ebrahim, Debbie A. Lawlor, Susan M. Ring, Yoav Ben-Shlomo, Marjo-Riitta Jarvelin, Ulla Sovio, Amanda J. Bennett, David Melzer, Luigi Ferrucci, Ruth J. F. Loos, Inês Barroso, Nicholas J. Wareham, Fredrik Karpe, Katharine R. Owen, Lon R. Cardon, Mark Walker, Graham A. Hitman, Colin N. A. Palmer, Alex S. F. Doney, Andrew D. Morris, George Davey Smith, The Wellcome Trust Case Control Consortium, Andrew T. Hattersley, Mark I. McCarthy. Science Vol. 316. no. 5822, p. 185. []

Un Commentaire

  1. Pingback : Le risque d’obésité varie en fonction de l’année de naissance | Planete Elea Radio

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).