qnexa-vivus

Obésité : le médicament pour maigrir Qnexa bientôt en vente aux Etats-Unis

Selon toute vraisemblance, la FDA, l’agence américaine du médicament, va autoriser la mise sur le marché de Qnexa, un médicament pour maigrir développé par le laboratoire Vivus. Cela sera la première fois depuis 13 ans que les Etats-Unis autorisent un médicament contre l’obésité.

Mercredi, un comité consultatif de la FDA (Food and Drug Administration) a recommandé que l’agence approuve Qnexa, une pilule combinant deux médicaments existants – le topiramate, un médicament anti-épileptique servant à traiter les convulsions et la phentermine, un dérivé de l’amphétamine, principalement utilisée comme médicament pour réduire l’appétit – pour aider la perte de poids chez des patients cliniquement obèses . La FDA suit en général la recommandation de ses comités consultatifs, mais elle n’est pas tenue de le faire, elle a jusqu’au 17 avril pour prendre sa décision finale.

La phentermine est un coupe-faim dérivé de l’amphétamine qui est autorisé aux États-Unis mais a été retiré du marché en Europe (où il était commercialisé sous les noms Adipex-P et Ionamin, Linyl en France) en raison de risques d’effets indésirables cardiaques et pulmonaires. D’autres médicaments anorexigènes amphétaminiques qui ont été retirés du marché sont le Sibutral (sibutramine) et le Mediator (benfluorex).

Ce vote 20 à 2 en faveur de l’approbation est une revirement assez spectaculaire d’un précédent vote contre en 2010. A l’époque, les experts s’étaient prononcés contre la mise sur le marché du Qnexa car ses effets secondaires, augmentation de l’anxiété, troubles du sommeil, dépression et utilisation dangereuse chez la femme enceinte (risques de malformation du foetus), avaient été jugés trop importants par rapport aux bénéfices. Les experts ont donc estimé cette fois que la balance bénéfices/risques encourus par la prise du médicament penchait plutôt du côté des bénéfices.

Des effets secondaires contraignants

Lors des essais cliniques, la prise de Qnexa a conduit à une perte de poids de 10% durant la première année d’utilisation, mais la prise du médicament a également été liée à l’augmentation de la fréquence cardiaque et des malformations congénitales lorsqu’il est pris pendant la grossesse. Selon les dernières études, l’un des composants, le topiramate, augmente notamment le risque de bec-de-lièvre (une malformation de la bouche) de deux à cinq fois lorsqu’il est pris par les femmes enceintes.

C’est pourquoi, s’il est approuvé, le fabricant du médicament, Vivus, prendra soin de limiter les risques potentiels pour la santé. Pour réduire le risque de malformations congénitales, il sera conseillé aux femmes en âge de procréer d’utiliser un moyen de contraception et de faire en parallèle un test de grossesse mensuel. Les médecins devront également conseiller aux patient d’arrêter de prendre le médicament si celui-ci ne produit pas de résultats après trois mois.

Par ailleurs, les médecins qui prescrivent le médicament seront formés sur les risques et les bénéfices associés à la prise du médicament, qui sera en outre uniquement disponible dans les pharmacies agrées. Le médicament serait uniquement destiné aux personnes avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30. Les personnes qui ont un IMC supérieur à 27 – considérés comme en surpoids – pourraient également en bénéficier si elles ont d’autres problèmes de santé liés au surpoids, comme le diabète ou l’apnée du sommeil.

De toute évidence, Qnexa n’est pas destiné à tout le monde, mais dans un pays ou plus de 35% de la population est en proie à des problèmes d’obésité (plus de 75 millions d’adultes obèses), certains experts estiment nécessaire la mise sur le marché d’un nouveau médicament amaigrissant et il n’existe actuellement aucun traitement venant se positionner entre le régime alimentaire et l’exercice – qui n’est pas une solution pour beaucoup – et la chirurgie bariatrique.

Actuellement, le seul médicament amaigrissant disponible est le Xenical, qui agit en empêchant l’organisme d’absorber la graisse de la nourriture (il est également disponible sans prescription à des doses plus faibles sous la marque Alli), mais il est rarement utilisé.

Le cours de Vivus s’envole à la bourse de New York

Vivus s’est envolé de 77,54% suite à l’avis favorable de la FDA. Si le médicament est approuvé, cela sera une première pour un médicament contre l’obésité depuis 13 ans. Ainsi, JPMorgan a relevé son objectif de prix sur le titre en passant de $16 à $45. Leerink Swann a amélioré sa vision sur le titre en le trouvant désormais sur-performant.

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).