Obésité : Le role de la micro-flore intestinale

Des chercheurs espagnoles (du CSIC, Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques) se sont intéressés à la relation entre masse corporelle et composition de la microflore intestinale. Leurs observations suggèrent que la microflore intestinale contribue à l’apport d’énergie à l’organisme et sa composition influence la régulation du poids d’une personne. Ils publient leurs résultats dans la revue Obesity (référence ci-dessous).

Ces nouvelles recherches ont porté sur les relations établies entre certains composants particuliers de la microflore intestinale, le style de vie, et la régulation de la masse corporelle. Les résultats pourraient être décisifs dans le développement de futures stratégies d’intervention nutritionnelles qui puissent prévenir l’obésité et les maladies métaboliques associées, à travers la modulation de la composition de la flore intestinale.

L’Institut d’Agro-chimie et de technologie des aliments du CSIC a mené cette étude auprès de 36 adolescents en surpoids ou atteints d’obésité soumis à un traitement basé sur la réduction de l’ingestion énergétique et l’augmentation d’une activité physique pendant 10 semaines. Cette étude met en évidence les différences de réactions chez les adolescents suivant le traitement. La majorité a perdu du poids de façon significative, à savoir plus de 4kg après le traitement ; cependant un sous-groupe de 13 adolescents en a perdu moins de 2.

Bacteroides et clostridium

Les différences de résultats suggèrent que la composition spécifique de la microflore intestinale de chaque individu a un rôle à jouer. Le groupe d’individus ayant perdu le plus de poids a présenté une plus forte proportion de bacteroides et de clostridium (type de bactéries intestinales) que le groupe n’ayant pas présenté de perte de poids importante avant ou après traitement.

L’analyse de la composition énergétique ingérée et du régime alimentaire pratiqué n’a pas présenté de différence significative entre les deux groupes. Cependant, la valeur énergétique détectée dans les selles était supérieure chez les adolescents n’ayant pas expérimenté une perte de poids significative. Ces données suggèrent que la microflore intestinale influe sur le développement de l’obésité et contribue à l’apport énergétique de l’organisme.

Cette étude menée par plusieurs groupes de chercheurs est destinée à établir un programme d’éducation multidisciplinaire (régime alimentaire, activité physique et profil psychologique) pour les adolescents souffrant de surpoids ou d’obésité. A cet égard, ce projet a d’ailleurs récemment reçu un prix du Ministère de la Santé et de la Politique Sociale.

flore-bacterienne-intestinale


Référence :
Article :
Interplay Between Weight Loss and Gut Microbiota Composition in Overweight adolescents
Auteurs : Arlette Santacruz, Ascensión Marcos, Julia Warnberg, Amelia Marti, Miguel Martin-Matillas, Cristina Campoy, Luis Moreno, Oscar Veiga, Carlos Redondo-Figuero, Jesús M. Garagorri, Cristina Azcona, Manuel Delgado, Miguel Garcia-Fuentes, Maria C. Collado, Yolanda Sanz
Journal de publication : Obesity
DOI : 10.1038/oby.2009.112

Sources : BE Espagne numéro 84 (Sophie Palmier_
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/60083.htm

Crédit illustration : Jane Hurd. Environmental Health Perspectives Volume 117, Number 5, May 2009

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).