Tour de taille et hypertension contribuent à prédire la survenue de diabète

hypertension-tourdetailleUn tour de taille révélateur d’embonpoint et la présence d’une hypertension sont les facteurs de risque les plus pertinents pour repérer la survenue de la forme la plus courante de diabète (type 2), selon une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

A ces facteurs prédictifs de risque d’apparition de diabète de type 2, s’ajoutent le tabagisme pour les hommes et des antécédents de diabète familiaux pour les femmes, d’après l’étude DESIR (Données Epidémiologiques sur le Syndrome d’Insulino-Résistance).
Pour cette étude les chercheurs ont suivi 1.863 hommes et 1.954 femmes âgés de 30 à 65 ans habitant neuf départements du centre-ouest et suivis pendant neuf ans.

A l’issue des neuf ans de suivi, 140 hommes et 63 femmes sont devenus diabétiques.

« L’adiposité (excès de graisse mesurée par le tour de taille ou à défaut par l’indice de masse corporel) est la variable clinique la plus prédictive du diabète »

dans les 9 ans qui suivent, selon l’étude.

« En ajoutant hypertension et tabagisme chez l’homme, hypertension et antécédents familiaux de diabète chez la femme, on obtient un score clinique très pratique pour le ciblage des actions préventives du diabète par le médecin généraliste »

écrivent les auteurs.

Deux millions et demi de personnes sont traitées en France pour un diabète, selon les derniers chiffres publiés en novembre 2008 dans le BEH de l’institut de veille sanitaire (InVS.).

« 30% de ces malades ont des complications et représentent 80% des 10 milliards d’euros de remboursements de soins liés au diabète chaque année en France »,

selon l’Association française des diabétiques (AFD) qui poursuit sa campagne « Halte aux complications ».

Le diabète est à l’origine de 8.500 amputations par an en raison des complications touchant le pied avant d’évoluer. La maladie affecte également la vue (1.000 cécités par an dues à la rétinopathie diabétique), les reins, le coeur (infarctus).

Les régions d’outre-mer ont la fréquence (prévalence) la plus élevée de diabète en France : les prévalences les plus fortes sont constatées à la Réunion (7,8%), en Guadeloupe (7,3%) et en Martinique (6,8%).

En métropole, le quart nord-est et la Seine-Saint-Denis (5,1%) sont les zones les plus touchées.


Article: Un score prédictif du diabète de type 2 en France : l’étude prospective D.E.S.I.R.
(A risk score for predicting diabetes in France: the D.E.S.I.R. prospective study)
Auteurs:: Sylviane Vol, Beverley Balkau, Céline Lange, Blandine de Lauzon-Guillain, Sébastien Czernichow, Martine Cailleau, Joël Cogneau, Olivier Lantieri et Jean Tichet
Journal de publication: Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) (3 mars 2009)

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).