obesite

Un dérèglement dans le cerveau à l’origine des pathologies associées à l’obésité

Si certains neurones dans notre cerveau contrôlent la prise alimentaire, ils coordonnent également l’activité des organes comme le foie, le pancréas ou les muscles afin d’optimiser l’utilisation des nutriments (lipides, sucres). Un dérèglement dans ces mécanismes conduirait aux pathologies associées à l’obésité.

Dans une étude publiée dans la revue EMBO Journal1, des chercheurs viennent de mettre en évidence cette nouvelle fonction essentielle, chez la souris. Ces travaux renforcent l’hypothèse selon laquelle le cerveau pourrait être le siège du dérèglement initial conduisant aux pathologies associées à l’obésité comme le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires ou les dyslipidémies.

L’obésité est désormais considérée comme une épidémie mondiale. La grande majorité de la mortalité associée à l’obésité résulte de complications métaboliques secondaires comme le diabète, les dyslipidémies et les maladies cardiovasculaires (syndrome métabolique). Or, une ingestion excessive d’aliments ne peut pas seule expliquer le lien entre l’obésité et les maladies associées. Ce n’est pas uniquement la quantité de ce que l’on mange qui est à prendre en compte mais la façon dont l’organisme est capable de gérer cet apport, en particulier le choix entre utilisation ou stockage des lipides et des sucres.

Les neurones AgRP agissent en chef d’orchestre

Les chercheurs2 viennent d’identifier le rôle d’un groupe de neurones dans le cerveau (situés dans l’hypothalamus et produisant le neuropeptide AgRP ) qui contrôle le destin des nutriments au niveau des organes comme le pancréas, le foie ou les muscles.
Ils ont montré que des souris déficientes en neurones AgRP et nourries avec un régime normal, deviennent obèses. Par contre, lorsqu’on les nourrit avec un régime riche en gras (hyperlipidique), les animaux améliorent leur métabolisme au glucose. Ces expériences révèlent donc que les neurones AgRP, déjà connus pour contrôler la prise alimentaire, agissent également sur le partitionnement des aliments, notamment via leur action de « chef d’orchestre » auprès du pancréas, du foie et des différents types de muscles. La perte des neurones AgRP change la consigne au niveau central qui définit l’équilibre entre l’utilisation des sucres ou des lipides rendant alors l’animal mieux adapté à un régime gras.

Un déséquilibre dans la capacité du cerveau à coordonner ces tissus pourrait expliquer l’apparition simultanée de dysfonctionnements métaboliques au niveau de plusieurs organes, comme c’est le cas dans la mise en place du syndrome métabolique, à savoir l’ensemble des pathologies associées à l’obésité. Ainsi, la compréhension de l’ensemble de ces processus pourrait apporter des pistes thérapeutiques pour le traitement de ces maladies métaboliques3.

Notes et références

  1. Hypothalamic AgRP-neurons control peripheral substrate utilization and nutrient partitioning. Aurélie Joly-Amado, Raphaël G.P. Denis, Julien Castel, Amélie Lacombe, Céline Cansell, Claude Rouch, Nadim Kassis, Julien Dairou, Patrice D. Cani, Renée Ventura-Clapier, Alexandre Prola, Melissa Flamment, Fabienne Foufelle, Christophe Magnan, Serge Luquet. EMBO Journal []
  2. Les chercheurs du laboratoire Biologie fonctionnelle adaptative (CNRS/Université Paris Diderot) ont collaboré avec les chercheurs du Laboratoire de signalisation et de physiopathologie cardiaque (Inserm/Université Paris Sud), le Centre de recherche biomédicale des Cordeliers (Inserm/UPMC/Université Paris Descartes) et l’université catholique de Louvain. []
  3. Source : CNRS []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).