Une activité physique intense de courte durée stimule le métabolisme

Une activité physique intense de courte durée stimule le métabolisme Pratiquer régulièrement une activité physique de seulement trois minutes mais de manière intense permet de significativement améliorer le métabolisme et en particulier la capacité de l’organisme à métaboliser les sucres. Les chercheurs qui publient leurs résultats dans la revue BMC Endocrine Disorders affirment que des sessions de sport brèves mais intenses tous les deux jours pourraient être le meilleur moyen de lutter contre les risques de diabète.

Les chercheurs écossais dirigés par le Professeur James Timmons de l’Université d’Edimbourgh (Ecosse) ont voulu étudier les effets sur le métabolisme du ‘high-intensity interval training’ (HIIT), un type d’entrainement sportif qui consiste à faire des exercices sur un temps très court mais de façon très intenses, sur seize hommes volontaires sédentaires.

« Le risque de développer des maladies cardiovasculaires et un diabète de type 2 se réduit avec la pratique régulière d’une activité physique. Mais beaucoup de gens ont le sentiment qu’ils n’ont pas le temps de suivre ces recommandations simples. Nous avons trouve que faire quelques exercices musculaires intenses, chacun ne durant pas plus que 30 secondes, améliorent sensiblement votre métabolisme après juste deux semaines. « 

déclare le Professeur James Timmons.

Les recommandations actuelles suggèrent de pratiquer des exercices aérobiques et des exercices de résistance musculaires plusieurs par semaine. Bien que ces recommandations soient juste dans leur principe, le Professeur Timmons pense qu’il faut chercher des alternatives parce que les gens n’arrivent pas à s’y soumettre.

« Les directives actuelles, qui consistent à mettre en place le meilleur programme pour obtenir les meilleurs résultats en terme de santé, pourraient ne pas être optimales et nécessite que l’on en discute. Des exercices courts et intenses comme ceux pratiqués dans notre étude ont amélioré considérablement l’élimination de l’insuline et des sucres chez des personnes qui avaient un mode de vie sédentaire et cela montre aussi que nous ne comprenons pas encore les connections entre exercice physique et diabète. »

explique le Professeur Timmons.

Dans cette étude, les chercheurs ont mesuré un certain nombre de paramètres comme la glycémie, la performance aérobique, le taux d’insuline, la quantité d’acides gras des volontaires qui ont ensuite pédalé sur un vélo aussi vite qu’ils le pouvaient. Ces même mesures ont été effectuées après les exercices. Ces exercices ont sensiblement amélioré la sensibilité des personnes à l’insuline.

Les auteurs suggèrent que cette étude pourraient servir à mettre en place de nouvelles directives pour réduire les facteurs de risque métaboliques chez les jeunes et moins jeunes adultes sédentaires qui autrement ne pratiqueraient pas d’activité physique faute de temps.

Source: EurekAlert
Article : Extremely short duration high intensity training substantially improves insulin action in young healthy males
Auteurs: John A Babraj, Niels BJ Vollaard, Cameron Keast, Fergus M Guppy, Greg Cottrell et James A Timmons
Journal de publication : BMC Endocrine Disorders

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).