Les aliments très sucrés et très gras altèrent les récepteurs du cerveau

donutsLa surconsommation d’aliments gras et sucrés conduit à un changement dans l’expression de certains récepteurs du cerveau selon une étude faite chez l’animal au centre Johns Hopkins à Baltimore (Etats-Unis). Les résultats de cette recherche ont été présentés lors du congrès annuelle de la Society for the Study of Ingestive Behavior (SSIB). Ces résultats pourraient avoir des implications dans la compréhension des troubles alimentaires comme la boulimie.

Le Dr Bello et ses collègues rapportent que consommer des aliments gras ou riches en sucres en continue ou en grande quantité altère le nombre de récepteurs opioïdes dans la région du cerveau qui contrôle la prise alimentaire. Les opioïdes sont une famille de composés chimiques ayant une action similaire à celle de la morphine; cela dit les opioïdes sont naturellement présents dans le cerveau et sont responsables de la sensation de plaisirs et d’euphorie.

« Ces résultats sont intéressants parce que nous avons vu des changements dans l’expression des gènes des récepteurs qui contrôlent les quantités que nous mangeons pendant les repas. »

déclare le Dr Bello.

Ces nouvelles découvertes suggèrent que la surconsommation d’aliments hautement savoureux maintient le désir d’en manger plus en augmentant les sécrétions d’opioïdes dans le cerveau et cette augmentation des quantités d’opioïdes pourrait être un facteur impliqué dans les troubles alimentaires telle que la boulimie. En conclusion ces découvertes pourraient aider a comprendre les mécanismes biologiques qui se cachent derrière ces troubles.

Travaux présentés lors de la 17e rencontre annuelle de la Society for the Study of Ingestive Behavior (SSIB) qui s’est tenu à Portland aux Etats-Unis du 27 juillet au 1er août 2009.

Source : ScienceDaily

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).