tomates

AVC : le lycopène contenu dans la tomate protégerait des attaques cérébrales

Manger des tomates réduirait le risque d’accident vasculaire cérébral, selon une étude finlandaise. Le lycopène, un puissant antioxydant contenu dans la tomate, serait à l’origine de cette réaction.

Cette nouvelle étude, parue dans la revue Neurology1, met en avant les bienfaits de l’un des principaux antioxydants présents dans ce fruit-légume, le lycopène.
Cette étude a porté sur plus de 1000 Finlandais, âgés de 46 à 65 ans, qui ont été suivis pendant un temps moyen de douze ans. Leur concentration sanguine en lycopène, mais aussi en autres antioxydants avérés, comme des carotènes ou le rétinol, a été régulièrement mesurée. Durant le temps de l’étude, 67 hommes ont eu une attaque cérébrale. Vingt-cinq d’entre eux faisaient partie des 258 ayant le plus bas taux de lycopène, tandis que 11 des victimes d’attaques appartenaient au groupe de 259 personnes ayant les taux les plus hauts de cette molécule. Et le résultat est plus probant encore lorsque les chercheurs ne prennent en compte que les accidents vasculaires cérébraux provoqués par un caillot sanguin, et non par une hémorragie : les participants ayant le taux le plus élevé de lycopène auraient 59% de risques en moins de subir une attaque cérébrale causée par un caillot.

L’étude a également examiné les niveaux sanguins des antioxydants alpha-carotène, bêta-carotène, alpha-tocophérol (une forme de vitamine E) et rétinol (vitamine A), mais n’ont trouvé aucune association avec le risque d’accident vasculaire cérébral.

La biodisponibilité du lycopène est augmentée par la cuisson des tomates et la présence de matières grasses (d’où l’importance de bons gras dans la vinaigrette notamment). D’autres fruits qui contienne du lycopène, mais dans une mesure moindre, sont le pamplemousse, la papaye et la goyave.

«Notre étude montre que finalement les recommandations sur la nutrition et sur la nécessité, d’une manière générale, de consommer des fruits et légumes en quantité suffisante, sont fondées»,

estime Jouni Karppi, l’un des auteurs de l’étude à l’université de Kuopio, en Finlande

Notes et références

  1. Serum lycopene decreases the risk of stroke in men
    A population-based follow-up study.
    Jouni Karppi, Jari A. Laukkanen, Juhani Sivenius, Kimmo Ronkainen, Sudhir Kurl. Neurology. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).