La plante stévia : histoire d’une herbe sucrée

Article 1 sur 3 dans la série Dossier Stevia

Vulgariz vous propose une série d’articles sur la stévia, cette plante sud-américaine qui risque de bouleverser le monde du sucre et de l’édulcorant. Ce premier article vous propose une introduction sur ses propriétés et un historique de la plante et de son utilisation.

La stévia

La Stevia rebaudiana bertoni, plus connue sous le nom de stévia, est une herbe sauvage originaire de la forêt sub-tropicale située à la frontière du Paraguay et du Brésil. Les Indiens utilisent ses feuilles depuis des siècles, en cuisine ou comme médicament. La stévia suscite un vif intérêt car elle contient des édulcorants intenses naturels au pouvoir sucrant 300 fois plus élevé que le saccharose (le sucre blanc) mais n’apportant aucune calorie.

photo-stevia

La France vient, elle, d’autoriser uniquement un extrait de stevia, le rébaudioside A. Il peut désormais être intégré dans des boissons ou des desserts.

Histoire de la Stévia

Les indiens Guaranis qui peuplaient cette région ont été les premiers à utiliser cette herbe appelée « ka’a he’ê » (l’herbe sucrée) comme sucre pour adoucir l’amertume du thé, mais aussi comme plante médicinale.

C’est en 1887 que Moises Santiago Bertoni, un botaniste suisse émigré au Paraguay, “découvre” la stevia dans le cadre de son étude des plantes herbacées utilisées par les indiens Guarani du Paraguay. Les vertus sucrantes de la stévia sont en effet pour la première décrites dans son journal de botanique.

Moisés Santiago Bertoni

Moisés Santiago Bertoni


En 1906, la stévia prend le nom scientifique de Stevia rebaudiana (Bertoni), en hommage à son découvreur Moises Santiago Bertoni.

En 1908, la première récolte de stévia. La connaissance et la l’utilisationde la plante se répandent et elle commence à être cultivée.

En 1921, l’attaché commercial américain George Brady présente pour la première fois la stevia au ministère américain de l’Agriculture et la qualifie de « nouvelle plante sucrée avec un potentiel commercial important. »

1931 : Les chimistes français M. Briedel et R. Lavielle isolent les glycosides qui donnent à la stévia son goût sucré. Ces composés ont été nommés stéviosides et rébaudiosides.

1941 : Les Jardins botaniques royaux de Kew confient au botaniste Ronald Melville l’étude de la stevia en vue de son utilisation en Grande Bretagne. En effet, les pénuries de la guerre rendaient nécessaire la recherche d’un substitut acceptable du sucre. Melville confirme que tant les feuilles que le composé sucré extrait de la feuille sont appropriés pour édulcorer les aliments et les boissons.

1954 : Le Japon commence a culture de la stevia au niveau national.

1955 : Aux États-Unis, l’Institut national de la santé (National Institutes of Health) étudie l’histoire et les propriétés de la stevia. Cette étude établit les caractéristiques structurelles et chimiques des principaux composants de la plante.

1958 : Les Amendements relatifs aux additifs alimentaires à la Loi fédérale (USA) sur les produits alimentaires, les médicaments et les produits pharmaceutiques prévoient que les ingrédients alimentaires peuvent être qualifiés de G.R.A.S. (Generally Recognized as Safe – Généralement reconnu inoffensif) lorsqu’un ingrédient a été utilisé pendant une longue période de temps, et/ou lorsqu’un ensemble suffisamment conséquent de littérature scientifique a démontré que cet ingrédient ne présente aucun danger. Les ingrédients qui bénéficient de la qualification G.R.A.S. comprennent notamment la vanille, la moutarde et la cannelle.

1970 : Le Japon réalise plusieurs tests de sécurité et conclut que la stevia ne présente aucun danger. Le Japon commence à commercialiser la stevia en tant qu’alternative aux édulcorants artificiels après avoir banni ces derniers dans les années 60. La société japonaise Morita Kagaku Kogyo commercialise les steviol glycosides en 1971 en tant qu’édulcorant. Le produit est depuis utilisé dans de nombreux produits alimentaires.

1977 : Le Japon entame l’utilisation commerciale des édulcorants élaborés à base de stevia dans les produits alimentaires, les boissons gazeuses et pour une consommation courante.

Années 80 : La Chine commence la production commerciale de la stevia et devient le principal fournisseur du Japon.

1986 : Le ministre brésilien de la Santé autorise l’utilisation du stevioside comme édulcorant naturel dans les boissons et les aliments diététiques.

Dans les années 90, Le Paraguay et le Brésil commencent à produire et à distribuer dans le
monde entier des produits élaborés à base de stevia, par le biais de magasins d’aliments naturels, de points de vente de produits à base de plantes et de vente par correspondance.
Le Paraguay reçoit l’assistance du Japon pour évaluer les avantages que représente le développement de la
culture de la stevia.

1994 : La « Dietary Supplement Health and Education Act » – DSHEA – demande à la FDA de réviser sa position afin d’autoriser l’usage de la stevia en tant que supplément diététique.

1995 : La loi DSHEA entre en vigueur et la FDA donne son autorisation pour que l’extrait de stevia puisse être commercialisé sur le marché comme supplément diététique aux États-Unis.

2000 : La Commission de l’UE rejette les requêtes visant à autoriser la stevia soit comme un nouvel aliment soit comme un nouvel ingrédient alimentaire sur le marché de l’alimentation en Europe, en raison des preuves insuffisantes en matière de pureté et de questions relatives à la sécurité. Néanmoins,
certains pays européens continuent à cultiver et à utiliser la stevia en vue de son utilisation dans des applications liées aux plantes aromatiques et aux différents thés. (l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et le Royaume Uni)

Le Parlement du Paraguay déclare la stevia comme plante “d’intérêt national” et recommande au pouvoir exécutif de renforcer le développement de la stevia dans le pays, de former les cultivateurs de stevia,
d’entreprendre des études de marché et de stimuler l’investissement.

2003 : Le Paraguay transmet une documentation à la Commission du CODEX Alimentarius, sollicitant le statut d’additif alimentaire pour la stevia. (La Commission du CODEX Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l’OMS afin de développer les normes alimentaires, les directives et les textes apparentés comme les codes de bonne pratique alimentaire.)

2004 : Le Comité conjoint d’experts de la FAO/OMS (JECFA) est un comité d’experts, reconnu au niveau international, qui se réunit pour émettre des recommandations en matière de sécurité des additifs alimentaires.
Lors de sa 63e réunion, le JECFA examine les données disponibles sur les glycosides de la stevia et fixe une dose journalière admissible (DJA) de 2 mg/kg. La DJA est fixée de manière temporaire, dans l’attente de données additionnelles sur la sécurité. Cela signifie qu’une personne pesant 150 lb/68 kg pourrait consommer sans risque 15 sachets de 1 mg de l’édulcorant élaboré à partir du rebiana chaque jour tout au long de son existence.

2007 : Le Japon est le plus grand consommateur de stevia au monde. Actuellement, la stevia représente 40 % du marché japonais d’édulcorants à faible teneur en calories ou ne contenant aucune calorie.
La 68e réunion du JECFA étend la DJA temporaire de 2mg/kg pour les steviol glycosides, dans l’attente des résultats des études en cours. Le JECFA augmentera vraisemblablement la DJA après examen des données.

2008 : En mai 2008, un programme rigoureux d’évaluation confirme les constatations positives antérieures et permet d’établir définitivement la sécurité du rebiana. Ces résultats sont publiés en ligne dans une revue scientifique.
Cargill et la compagnie Coca-Cola Co. présentent Truvia™, le nom commercial du rebiana.
La 69e réunion du Comité d’experts OMS/JECFA sur les additifs alimentaires conclut que les steviol glycosides à haut degré de pureté ne présentent aucun danger pour une utilisation dans les aliments et les boissons et fixe un niveau permanent de dose journalière admissible (DJA) de 0-4mg/ kg.
L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) conclut que l’utilisation de rebaudioside A purifié
à 97 % (rebiana) dans les aliments et les boissons ne présente aucun risque pour les consommateurs.
La Food & Drug Administration, l’organisme américain chargé des aliments et des médicaments, annonce qu’elle n’a aucune objection à l’usage du rebiana dans les aliments et les boissons et lui concède la qualification de G.R.A.S. (Generally Recognized as Safe – Généralement reconnu inoffensif ).

L’édulcorant Truvia™ commence à être commercialisé et est en vente libre aux États-Unis.

2009/2010 : Le Mexique approuve les steviol glycosides pour leur utilisation dans les aliments et les boissons.

La Suisse approuve la commercialisation de boissons contenant du rebaudioside A à haut degré de pureté.

L’Autorité européenne en matière de sécurité alimentaire (EFSA) entame un examen de sécurité des requêtes en cours pour l’utilisation des steviol glycosides dans les aliments et les boissons.

La France approuve pour une période de 2 ans l’utilisation du rebaudioside A purifié à 97 % (rebiana) dans les aliments et les boissons.

La plante stévia

Structure chimique du stéviol qui est la structure de base du stéviol glycoside. Stevioside et rebaudioside A sont obtenus en substituant les atomes d'hydrogène par des molécules de glucose.

Structure chimique du stéviol qui est la structure de base du stéviol glycoside. Stevioside et rebaudioside A sont obtenus en substituant les atomes d'hydrogène par des molécules de glucose.

Stévia est une petite plante verte qui contient 10% de steviol glycosides (composés sucrés) dans ses feuilles. Sa hauteur est d’environ 30 – 40 centimètres.

La stévia fait partie de la famille des Asteraceae. Elle pousse à l’état naturel dans des prairies ou des hauts plateaux sous un climat semi aride.

Les steviol glycosides

Les steviol glycosides sont à l’origine du goût sucré des feuilles de stévia. Ces composés sont 40 à 300 fois plus sucrés que le saccharose (sucre de table).

    Quatre principaux steviol glycosides composent les feuilles de stévia :

  • stevioside, 5 à 10% de l’extrait sec (250 – 300 fois plus sucré que le sucre). Cette substance a un goût mentholé et amer
  • rebaudioside A, 2 à 4% de l’extrait sec. C’est la substance la plus sucrée (200 à 400 fois plus sucré que le sucre) sans goût amère
  • rebaudioside C, 1 à 2% de l’extrait sec
  • dulcoside A, 0,5 à 1% de l’extrait sec

Les industriels investissent le marché de la stevia

Coca-Cola et Pepsi se sont respectivement alliés à Cargill (Truvia) et Wesco (Pure Via) pour fabriquer des boissons à base de stevia. C’est deux géants du soda ont annoncé cette alliance à la presse début septembre. Real Stevia, une marque suédoise qui met en avant son engagement social et environnemental, doit aussi être lancée pour la première fois en France.

« Les industriels estiment que la stevia pourrait remplacer d’ici cinq ans de 20 à 25% des édulcorants de synthèse, »

indique Florence Berglund, directrice marketing et communication de Real Stevia.
L’erreur serait toutefois de croire que cette plante puisse combattre à elle seule le fléau de l’obésité, rappelle le Pr Geuns, président de l’European Stevia Association (Eustas), qui dirige le laboratoire de biologie fonctionnelle de l’université de Louvain, en Belgique. Avec la nourriture light,

« on a en fait tendance à manger beaucoup plus ».

Navigation dossierLa Stévia : questions réponses

6 Commentaires

  1. Bonjour,

    J’effectue en ce moment une recherche bibliographique pour mes études sur la stévia.

    J’aimerais savoir pourquoi le stévioside n’est pas utilisé, est-ce juste à son goût mentholé et amer ?

    Pourquoi la législation a autorisé le rébaudioside A comme édulcorant tandis que le stévioside n’est apparemment pas autorisé ?

    Merci

  2. Je viens de visite cette site je vu une plante qui peux pousser chez nous au BURUNDI alors comme je suis un technicien agricole je veux avoir un investi tuer qui puisse venir investir dans la culture de stévia il a une grande terrain de 200 à 500 hectares.

  3. J’ai acheté de la stevia en pot mais je ne sais pas comment la conserver. Faut il la faire sécher et de quelle façon. Merci.

  4. J’ai acheté de la stevia en pot mais ne sais pas comment la conserver. Faut il la faire sécher et de quelle façon. Merci

  5. cette plante vient sauver la vie humaine.mieux vaut la multiplier partout où elle pousse

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).