Le cola mauvais pour les os de la femme ?

Une étude parue il y a quelques jours suggère qu’une consommation excessive de cola serait néfaste pour les os chez la femme.
Des chercheurs américains affirment en effet dans le American Journal of Clinical Nutrition que les femmes qui boient régulièrement du cola ont un risque accru d’ostéoporose. L’étude précise que le lien n’existerait pas chez les hommes.

L’ostéoporose est une maladie du squelette, les os deviennent « poreux » c’est à dire qu’ils perdent leur densité et sont plus susceptibles aux fractures.
Cette maladie touche 40% des femmes et 13% des hommes selon la Fondation internationale pour l’ostéoporose. 75 millions de personnes sont concernés en Europe, plus de 3 millions en France. L’ostéoporose constitue donc un véritable enjeu de santé publique.

Le professeur Katherine Tucker et son équipe de Tufts University à Boston ont étudié les habitudes alimentaires de plus de 2500 tout en mesurant la densité minérale osseuse à différents endroits du corps.

Les hommes ont révélé boire 5 cannettes par semaine tandis que les femmes 4. La densité minérale osseuse mesurée au niveau de la hanche était plus faible chez les femmes. Les autres boissons gazeuses ne semblent pas affecter la densité minérale osseuse. La source de calcium, en dehors de la consommation de lait, était également plus faible chez les femmes buvant plus de cola.

L’acide phosphorique, un des ingrédients du cola semble être responsable. Une des hypothèses serait que l’acide phosphorique présent en permanence à cause de la consommation continue de cola créerait un environnement acide dans le sang qui serait contre balancer par la mobilisation du calcium provenant des os. Cette hypothèse n’a toutefois jamais été étudié. Bien que cette observation nécessite plus de recherches, les auteurs conseillent de limiter la consommation de coca en particulier chez les personnes concernées par l’ostéoporose.

Sources:
BBC Health
Lilly (chiffres ostéoporose)

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).