Les myrtilles pourraient aider à lutter contre l’athérosclérose

Une étude américaine, réalisée chez la souris, laisse penser que les myrtilles pourraient aider à prévenir l’athérosclérose. Cette étude est la première à montrer de façon aussi directe que les myrtilles peuvent empêcher les plaques ou les lésions symptomatiques de l’athérosclérose d’augmenter de taille.

Les résultats de l’étude, menée par Xianli Wu de l’Université de l’Arkansas aux Etats-Unis, sont détaillés dans le dernier numéro de la revue The Journal of Nutrition1.

L’athérosclérose est la première cause de mortalité au niveau mondial puisqu’elle est à l’origine de la plupart des maladies cardiovasculaires.

Les chercheurs ont comparé la taille et l’endroit des lésions athérosclérotiques chez 30 jeunes souris de laboratoire. La moitié des souris a été soumise, durant 20 semaines, à un régime alimentaire contenant des myrtilles lyophilisées alors que l’autre moitié en a été privée.

La taille des lésions, mesurée à deux endroits sur l’aorte (les artères qui partent du coeur), était 39 et 58 pour cent moins importante dans le groupe soumis à un régime enrichi en myrtilles comparé aux lésions chez les souris soumises à un régime alimentaire sans.
Des études antérieures avaient déjà suggéré que les myrtilles pouvaient aider à lutter contre les maladies cardiovasculaires. Il n’existait cependant pas de preuve directes selon les auteurs.

Le régime avec myrtilles était composé de 1% de poudre de myrtilles, soit l’équivalent d’une demi tasse à café de myrtilles fraiches.

Toutes les souris utilisées pour cette étude étaient déficientes en apolipoprotéine-E, une caractéristique qui les rendent particulièrement susceptibles à la formation de lésions athérosclérotiques.

Ce sont des études préliminaires, chez la souris. Les chercheurs espèrent à présent déterminer les mécanismes qui permettent aux myrtilles de joueur ce rôle protecteur. Ils pensent que cet effet est obtenu par l’activation d’enzymes antioxydantes; les myrtilles auraient ainsi diminuer le stress oxydatif qui est un facteur de risque connu pour l’athérosclérose.

Notes et références

  1. Dietary Blueberries Attenuate Atherosclerosis in Apolipoprotein E-Deficient Mice by Upregulating Antioxidant Enzyme Expression. Xianli Wu, Jie Kang, Chenghui Xie, Ramona Burris, Matthew E. Ferguson, Thomas M. Badger & Shanmugam Nagarajan. The Journal of Nutrition. []

2 Commentaires

  1. Pingback : Des myrtilles pour prévenir l’athérosclérose | Le nutrinaute

  2. intéressant comme article

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).