jus-tomate-vertus

Les vertus anti-graisse du jus de tomate

Le jus de tomate frais présente de nombreuses vertus diététiques. Une équipe japonaise vient de montrer que la tomate aurait également des effets importants sur le métabolisme des triglycérides.

Les tryglycérides et le cholestérol sont des composés lipidiques stockés dans les tissus adipeux. Ils constituent avec les glucides, une source d’énergie importante pour l’organisme. Le terme dyslipidémie est utilisé lorsque les lipoprotéines ou les lipides (cholestérol et/ou triglycérides) ont une concentration anormalement élevée dans le sang. 99% des dyslipidémie conduisent au développement de plaques d’athérome. Elles constituent alors un facteur de risque important des maladies cardiovasculaires.

Les chercheurs ont commencé par étudier les composants chimiques de la tomate. Dans une précédente étude, la même équipe avait démontré l’influence de l’acide 9-oxo-10,12-octadécadiénoïque (9-oxo-ODA) sur la régulation du métabolisme énergétique, en limitant notamment l’accumulation des triglycérides1. Afin d’analyser les effets de cette substance sur les dyslipidémies et les stéatoses hépatiques in vivo, les scientifiques ont étudié l’action d’un composé aux propriétés chimiques identiques : l’acide 13-oxo-9,11-octadécadiénoïque (13-oxa-ODA). Ce composé est présent dans le jus de tomate mais pas dans le fruit frais.

Des souris de laboratoires ont été soumises à un régime alimentaire constitué de concentration variables de 13-oxa-ODA pendant une période de quatre semaines. Leur métabolisme a ensuite été examiné. Les chercheurs ont observé une augmentation significative des niveaux d’expression des gènes impliqués dans les réactions du métabolisme lipidique au niveau du foie et des muscles striés. Par ailleurs, le 13-oxa-ODA a entraîné une diminution des quantités de triglycérides du plasma et du foie. En revanche, la période de quatre semaines était insuffisante pour observer des modifications morphologiques chez la souris, selon les chercheurs.

Chez l’homme, la consommation de 2 à 3 tomates (soit un grand verre de jus) à chaque repas aurait des effets semblables. Les résultats exhaustifs ont été publiés dans la revue spécialisée PloS ONE23.

Glossaire :
Dyslipidémie
Concentration de lipoprotéines ou de lipides (cholestérol et/ou triglycérides) anormalement élevée dans le sang.
Plaque d’athérome
Dans la paroi artérielle, dépôts de graisses (dont le cholestérol) et de débris cellulaires entourés d’une chape fibreuse de protéines.
Triglycéride
Association de 3 acides gras attachés à un squelette (« glycérol »). C’est la forme habituelle de stockage (dans les cellules graisseuses) et de transport dans le sang (par les lipoprotéines) des acides gras.
PPAR (Peroxisome proliferator-activated receptor)
Récepteur nucléaire dont les ligands naturels sont les acides gras essentiellement insaturés à chaînes longues. Certains médicaments sont des activateurs de PPARs (hypolipémiants et anti-diabétiques).
Stéatose hépatique
La stéatose hépatique est une accumulation d’une graisse appelée triglycéride , dans la cellule hépatique elle-même.

Notes et références

  1. 9-oxo-10(E),12(E)-octadecadienoic acid derived from tomato is a potent PPAR ? agonist to decrease triglyceride accumulation in mouse primary hepatocytes. Young-Il Kim, Shizuka Hirai, Haruya Takahashi, Tsuyoshi Goto, Chie Ohyane, Taneaki Tsugane, Chiaki Konishi, Takashi Fujii, Shuji Inai, Yoko Iijima, Koh Aoki, Daisuke Shibata, Nobuyuki Takahashi, Teruo Kawada. Molecular Nutrition & Food Research. []
  2. Young-il Kim, Shizuka Hirai, Tsuyoshi Goto, Chie Ohyane, Haruya Takahashi, Taneaki Tsugane, Chiaki Konishi, Takashi Fujii, Shuji Inai, Yoko Iijima, Koh Aoki, Daisuke Shibata, Nobuyuki Takahashi, Teruo Kawada. Potent PPARa Activator Derived from Tomato Juice, 13-oxo-9,11-Octadecadienoic Acid, Decreases Plasma and Hepatic Triglyceride in Obese Diabetic Mice. PLoS ONE 7(2): e31317. doi:10.1371/journal.pone.0031317 []
  3. Source : bulletins-electroniques []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).