Moins de sel pour tout le monde

sel-de-tableRéduire la quantité de sel contenu dans nos aliments pourrait faire baisser la morbidité cardiovasculaires. C’est la conclusion du professeur Dieter Klaus (Medizinische Klinik des Klinikums de Dortmund en Allemagne) et de ses collègues dans un article de revue dans le journal médical Deutsches Ärzteblatt International1.

Les personnes dont la consommation excède les 6 grammes par jour ont un risque accrue de maladies cardiovasculaires et d’hypertension. Ce constat est d’autant plus importante que dans les pays industrialisés occidentaux, un décès sur deux est du à une affection cardiovasculaire et la consommation journalière de sel est de 8 à 12 grammes par personne. Les auteurs notent que réduire la consommation de sel aiderait non seulement à prévenir un certain nombre de morbidités cardiovasculaires mais pourrait aussi être un rempart pour d’autres maladies du au mode de vie telle que l’obésité ou encore le diabète.

A titre préventif, les auteurs suggèrent de réduire la consommation de sel dans la population. En réduisant la quantité de sel dans les aliments industriels de 40 à 50%, la consommation journalière dans la population serait abaissé à 5-6 grammes par personne.

Note : cet article fait écho à l’article Le sel : mode d’emploi en 8 questions que nous vous avions proposé il y a quelques semaines.

Notes et références

  1. Salt Restriction for the Prevention of Cardiovascular Disease. Dieter Klaus, Joachim Hoyer, Martin Middeke. Deutsches Ärzteblatt International []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).