Faire l’amour deux fois par semaine pour un coeur en meilleur santé

rapports-sexuels-frequents-risque-cardiaque-diminueUne étude américaine montre que les hommes qui font l’amour au moins deux fois par semaine ont 45% de risques en moins de développer des maladies cardiovasculaires comparé aux hommes qui n’ont qu’un rapport sexuel par mois. Les résultats ont été publiés dans la revue American Journal of Cardiology (référence ci-dessous).

Bien que les relations sexuelles soient depuis longtemps considérées comme bénéfiques pour le bien-être physique et mental, il n’y avait jusqu’à présent que peu d’études scientifiques pour évaluer les effets bénéfiques des rapports sexuels sur des pathologies majeures telles que les maladies cardiaques.

Dans la présente étude, les chercheurs du New England Research Institute du Massachusetts aux Etats-Unis ont suivi, depuis 1987, plus de 1100 hommes âgés de 40 à 70 ans. Ils étaient régulièrement questionnés sur leur activité sexuelle et contrôlés pour des pathologies cardiaques. Les chercheurs ont également tenu compte d’autres facteurs de risque tels que leur âge, poids, pression artérielle et niveaux de cholestérols.

Composante psychique et physique

Les auteurs de l’article écrivent que les bénéfices attribués à l’activité sexuelle pourraient être dus aussi bien à l’effort physique fourni qu’aux effets émotionnels apportés à l’organisme. Ils précisent encore que les hommes qui ont le désir et la possibilité d’avoir des rapports sexuels fréquents ont plus de chances d’être en bonne santé.

L’activité sexuel demande en effet un effort physique qui serait directement bénéfique pour la santé cardiaque. En outre, les hommes qui font l’amour fréquemment ont plus de chances d’être dans une relation intime saine et cela pourrait se répercuter sur la santé grâce à un niveau de stress moindre et un support social.

Bénéfices pour la santé

De nombreuses études se sont intéressées aux bénéfices liés à l’activité sexuelle. Une précédente étude menée par l’institut national du cancer américain avait par exemple montré que les hommes qui éjaculer au moins cinq fois par semaine, que ce soit en faisant l’amour ou par masturbation, avaient beaucoup moins de risques de développer un cancer de la prostate.

Dans une autre étude, les chercheurs de la Wilkes University en Pennsylvanie ont montré qu’un ou deux rapports sexuels hebdomadaires en hiver permettait de booster les système immunitaire et réduisaient ainsi les risques d’attraper la grippe. Ils ont en effet pu mesurer une élévation des niveaux des anticorps A (IgA), ceux qui permettent à l’organisme de lutter contre les corps étrangers.

Des chercheurs canadiens ont aussi affirmé qu’une activité sexuelle régulière permettaient aux femme de stimuler la production d’une hormone, la prolactine, qui développe l’odorat. Ils avaient émis l’hypothèse que cela pouvait aider les mamans à créer des liens avec leur bébé.

Référence

Article : Sexual Activity, Erectile Dysfunction, and Incident Cardiovascular Events
Auteurs : Susan A. Hall, Rebecca Shackelton, Raymond C. Rosen, Andre B. Araujo
Journal de publication : American Journal of Cardiology
doi:10.1016/j.amjcard.2009.08.671

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).