Le mystère du « point G » enfin levé par la science ?

Le mystère du Le point G est supposé déclencher de puissants orgasmes vaginaux mais son existence reste controversée. Des chercheurs italiens pensent avoir enfin mis au point une approche simple pour l’identifier. L’étude a été publié dans le Journal of sexual medicine et relayé par le magazine briannique The New Scientist.

Dans l’étude menée par l’université de L’Aquila (Italie), l’équipe du docteur Emmanuele Jannini qui a dirigé la recherche a recruté 20 femmes, 9 disaient avoir des orgasmes vaginaux et 11 déclaraient ne pas en avoir. Les chercheurs ont alors scanné par ultra-sons tout la région de l’urètre et du vagin, la ou le point g est supposé se trouver, il serait en effet localisé sur la paroi antérieur du vagin. En examinant les résultats obtenus par ultra-sons les chercheurs ont remarqué que cette région était plus épaisse chez les femmes qui disaient avoir des orgasmes vaginaux (voir l’illustration ci-dessous). Pour l’équipe italienne l’existence de cette épaisseur du tissu dans cette région est la clé de l’orgasme vaginal.

Le point G pour « point de Gräfenberg », du nom du sexologue allemand Ernest Gräfenberg qui s’est pour la première fois intéressé a ce concept dans les années 1950.

La controverse

Selon cette étude le point G existerait donc chez certaines femmes et seraient absent chez d’autres. Cette notion est cependant discutée dans la communauté scientifique.

Certains scientifiques affirment qu’il s’agirait d’un organe distinct ou la partie interne du clitoris. La région uretrovaginale est en effet très riche en vaisseaux sanguins, nerfs, glandes et contient chez certaines femme les glandes de Skene, organe qui s’apparente à la prostate et qui peut notamment être la source chez certaines femmes de l’éjaculation féminine.

Tim Spector de la St Thomas’ Hospital de Londres par exemple pense que l’épaisseur observée peut être du à la taille du clitoris qui varie grandement.

Beverly Whipple, professeur à la Rutger’s University School of Nursing (New Jersey, Etats-Unis) qui s’intéresse également a l’étude du point G réfute l’idée que certaines femmes n’auraient pas de point G. Selon Whipple toutes les femmes ont un certain degrés de sensibilité dans la région supposée du point G. Elle suggère que si on demandait aux femmes de se stimuler cette région et l’examiner ensuite par ultra-sons, on se rendrait compte, parce que la région va si dilater en raison de la stimulation physique, que toutes les femmes ont un point G.

Leonore Tiefer, psychiatre à la New York University School of Medicine pense que l’entrainement peut être responsable de cet épaississement. Elle pense que les femmes qui expérience des orgasmes vaginaux ont appris à le faire et ont ainsi entrainé cette partie du corps comme on entrainerait un muscle. Elle pense qu’il serait intéressant d’apprendre aux femmes qui disent ne pas avoir d’orgasmes vaginaux et mesurer ensuite.

Le docteur Jannini accepte ces critiques et pense lui aussi que le nombre de volontaires est trop réduit pour tirer une conclusion sur le pourcentage de femmes qui ont un point G. Il va d’ailleurs entreprendre une étude à plus grande échelle. Une chose est sûre ce fameux point G continue à garder une part de mystère.

illustration point G

Source: The New Scientist

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).