orgasme-feminin

Les femmes simulent-elles l’orgasme pour retenir leur conjoint ?

Des chercheurs des universités américaines de Columbia et d’Oakland ont voulu tester l’hypothèse selon laquelle les femmes simuleraient l’orgasme pour retenir leur compagnon et l’empêcher d’être infidèle.

Cette enquête, publiée dans les Archives of sexual behavior1 , a été menée auprès de 453 femmes hétérosexuelles, dont l’âge moyen était de 22 ans et vivant en couple depuis plus de 33 mois en moyenne.

Des études antérieures révélaient déjà que 50 à 60 % des femmes avaient déjà simulé lors d’un rapport sexuel alors qu’une seule étude s’étant intéressée à la simulation des hommes montrait que 18 % des hommes seulement avaient déjà feint un orgasme. Les auteurs de cette nouvelle étude ont confirmé ces résultats s’agissant des femmes. En effet, 54% des femmes interrogées ont répondu avoir déjà simulées un orgasme.

Les auteurs ont ensuite essayé de comprendre les raisons de la simulation de l’orgasme. Ils ont montré que les femmes qui percevaient un risque élevé d’infidélité de la part de leur compagnon étaient les plus susceptibles de simuler. Ils ont également observé que les femmes qui déclaraient simuler étaient également celles qui étaient les plus susceptibles à mettre en oeuvre des stratégies de rétention de leur compagnon. Cependant, les auteurs ajoutent que la crainte d’une infidélité de leur compagnon n’est pas la seule raison qui pousse les femmes à simuler leur orgasme. Il peut, en effet, arriver que les femmes simulent un orgasme pour satisfaire leur partenaire.

Bien que cette étude ait des limites, il s’agit ici de la première étude établissant un lien entre la simulation de l’orgasme par la femme et la volonté de retenir son compagnon.

Notes et références

  1. Do Women Pretend Orgasm to Retain a Mate ? Farnaz Kaighobadi, Todd K. Shackelford, Viviana A. Weekes-Shackelford. Archives of sexual behavior. (PDF 218Ko). []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).