La mélatonine ralentirait les effets du vieillissement

Comme chez tous les individus jeunes et adultes, le pelage de cette musaraigne musette Crocidura russula est soyeux d'un brun grisâtre et aux reflets roux. © Elodie Magnanou, laboratoire Arago.

Comme chez tous les individus jeunes et adultes, le pelage de cette musaraigne musette Crocidura russula est soyeux d'un brun grisâtre et aux reflets roux. © Elodie Magnanou, laboratoire Arago.

La mélatonine aurait la vertu de ralentir les effets du vieillissement. Des chercheurs français (laboratoire Arago, CNRS / Université Pierre et Marie Curie) ont en effet constaté qu’un traitement à base de mélatonine sur un petit mammifère retarde l’apparition des premiers signes de vieillissement.
Ces résultats paraissent dans la revue PLoS ONE du 15 juin 2009.

Plus connue sous l’appellation « hormone du sommeil », la mélatonine est naturellement sécrétée par le corps la nuit. Sorte de signal biologique de la tombée de la nuit, elle permet à l’organisme de se synchroniser avec le rythme journalier.

Au sein du laboratoire Arago, Elodie Magnanou et ses collaborateurs ont étudié sur le long terme les effets de la mélatonine sur la musaraigne musette, petit insectivore nocturne. En temps normal, l’animal présente les premiers signes de vieillissement dès l’âge de 12 mois, principalement en perdant le rythme de ses activités journalières. En administrant la mélatonine en continu un peu avant 12 mois, l’apparition de ces premiers signes est retardée d’au moins 3 mois, un délai considérable par rapport à la durée de vie de la musaraigne(1).

Plusieurs bienfaits de la mélatonine sont connus à ce jour, comme ses propriétés en tant qu’antioxydant, antidépresseur ou bien contre les troubles du sommeil. La prochaine étape est maintenant de comprendre les modes opératoires de l’hormone sur le vieillissement pour envisager, peut-être, une application chez l’homme.

Notes :

(1) La musaraigne musette a une durée de vie de 12 à 18 mois à l’état sauvage et jusqu’à 30 mois en captivité. La captivité ne change pas les moments où apparaissent les signes de vieillissement, elle ne fait que rallonger la durée de vie.


Référence :

Article : The timing of the shrew: continuous treatment with melatonin maintains youthful rhythmic activity in aging Crocidura russula
Auteur : Elodie Magnanou, Joël Attia, Roger Fons, Gilles Boeuf, Jack Falcon
Journal de publication : PLoS ONE
Doi :10.1371/journal.pone.0005904

Source : CNRS

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).