Nouvelle approche pour cibler les cellules infectées par le VIH

cellule-virus-vihUne équipe composée de chercheurs américains et allemands a développé une nouvelle approche pour cibler les cellules infectées par le VIH. Cette technique qui consiste à coupler les anticorps contre le VIH avec des éléments radioactifs, une radio-immunothérapie semblable à celle utilisée pour soigner certains cancers. La technique s’est révélée très effective chez l’animal où 99% des cellules infectées ont été éradiquées.

Une telle technique, selon Harris Goldstein de la Albert Einstein College of Medicine de New York qui a dirigé cette étude, serait éventuellement utilisée juste après la contamination par le virus avec les traitement antirétroviral hautement actif (HAART pour highly active antiretroviral therapy en anglais) mais également plus tard avec les traitements encore en essai qui sont destinés à évacuer le virus des recoins de la cellule ou le virus « se cache ».

Goldstein précise encore que ce n’est pas un traitement qui permettra de guérir mais une nouvelle approche pour cibler les cellules infectées par le VIH.

Ces anticorps radioactifs ont été testés sur des tissus en culture et chez la souris contenant des cellules humaines infectés et les résultats ont montré que 99% des cellules avaient été éliminées. Ils recherchent à présent une compagnie prête à commencer des essais sur l’homme.

D’autres experts s’accordent à dire que l’avantage de cette approche est qu’un gros travail de fond a déjà été établie pour sont utilisation des certains cancers

Des questions restent tout de même en suspend comme par exemple de savoir si cette approche va se révéler efficace chez l’homme ou encore si il va y avoir des effets secondaires toxiques. De tels effets n’ont pas été observés chez l’animal mais seuls des essais cliniques permettront de répondre à ces questions

Source: PLOS Medecine

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).