Nanotechnologies: une avancée prometteuse pour la médecine

Nanotube d'adnDes chercheurs canadiens de l’université de McGill viennent de réaliser une avancée notable dans le domaine des nanotechnologies. Ils viennent de mettre au point des nanotubes d’ADN pouvant transporter et libérer des objets (à l’échelle du nanomètre) de manière sélective. Un principe qui pourrait un jour servir à délivrer des substances chimiques (médicaments) dans l’organisme. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Chemistry1.

Grâce à cette méthode, les chercheurs ont mis au point les premiers modèles de nanotubes d’ADN pouvant charger et encapsuler un chargement et le libérer rapidement grâce à l’ajout d’un petit brin d’ADN spécifique. Ces structures d’ADN ne font que de quelques nanomètres de diamètre, mais leur longueur peut atteindre les 20 000 nanomètres. Pour avoir une idée de l’ordre de grandeur, un nanomètre équivaut à un dix-millième du diamètre d’un cheveu.

Jusqu’à maintenant, les nanotubes d’ADN ne pouvaient être conçus qu’en roulant une feuille bidimensionnelle d’ADN en cylindre. Selon la méthode adoptée par la professeure Sleiman, des nanotubes de toute taille peuvent être conçus, certains fermés de façon à contenir une matière, d’autres plus poreux afin de libérer ce qu’ils contiennent.

Il est très facile d’imaginer les applications médicales qui pourraient en découler. Cette technique pourrait permettre de traiter des maladies comme le cancer. La professeure Hanadi Sleiman qui à dirigée ces travaux précisent tout de même qu’ils sont encore loin de traiter une quelconque maladie mais que c’est un pas dans la bonne direction :

« Les chercheurs doivent à présent apprendre à transposer ces nanostructures d’ADN dans un contexte biologique et ainsi être en mesure de résoudre les questions de nanomédecine, des question de livraison de médicaments au génie tissulaire et aux capteurs »,

a-t-elle souligné.

Dans la vidéo ci-dessous, réalisée par l’équipe du Dr Dleiman, la structure en nanotubes d’ADN encapsule la charge qu’elle libère avec l’ajout de petits brins d’ADN.

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Notes et références

  1. Loading and selective release of cargo in DNA nanotubes with longitudinal variation. Pik Kwan Lo, Pierre Karam, Faisal A. Aldaye, Christopher K. McLaughlin, Graham D. Hamblin, Gonzalo Cosa & Hanadi F. Sleiman. Nature Chemistry. DOI : 10.1038/nchem.575 []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).