Le lien entre réchauffement climatique et émissions de dioxyde de carbone

rechauffement-climatiqueDes chercheurs ont découvert qu’il existe un lien direct entre les émissions de dioxyde de carbone et le réchauffement climatique. Damon Matthews, professeur au Département de géographie, urbanisme et environnement de l’Université Concordia (Montréal, Canada), en collaboration avec des collègues de Victoria (Colombie-Britannique, Canada) et du Royaume-Uni, ont démontré à l’aide d’une combinaison de modèles climatiques mondiaux et de données rétrospectives sur le climat qu’il existe une relation linéaire simple entre les émissions cumulatives totales et le changement de température du globe. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue Nature, datée du 11 juin 2009.

Jusqu’à ce jour, il était difficile d’estimer le degré d’augmentation du réchauffement climatique par rapport à un certain volume d’émissions de dioxyde de carbone en raison de la complexité des interactions entre les émissions anthropiques (Emissions d’origine humaine, voir glossaire ci-contre), les puits de carbone (voir glossaire ci-contre), les concentrations atmosphériques et les changements de température. Damon Matthews et ses collègues ont démontré que, malgré ces facteurs d’incertitude, une émission de dioxyde de carbone entraîne une même augmentation de température à l’échelle de la planète, quel que soit le moment ou? elle se produit, ou sa durée.

Glossaire

émissions anthropiques :
Les émissions anthropiques sont toutes les émissions d’origine humaine. Ce terme fait en général référence aux gaz à effet de serre provenant des activités humaines. Néanmoins, il peut tout aussi bien désigner des effluents d’origine industrielle (liquide), ou des rejets urbains plus ou moins épurés.
Puits de carbone :
Puits de carbone ou puits CO2 est un réservoir, naturel, ou artificiel de carbone qui absorbe le carbone de l’atmosphère et donc contribue à diminuer la quantité de CO2 atmosphérique. La taille de ces réservoirs augmente constamment, à l’inverse d’une source de carbone. Les principaux puits étaient les processus biologiques de production de charbon, pétrole, gaz naturels et hydrates de méthane et roches calcaires. Ce sont aujourd’hui les océans et certains milieux végétalisés (forêt en formation).

Grâce à cette découverte, nous pouvons maintenant affirmer que, si on émet une tonne de dioxyde de carbone, l’élévation de température du globe qui en résultera sera de 0,0000000000015 degré. Ainsi, si on ne veut pas que le réchauffement climatique augmente de plus de 2 degrés, on doit restreindre les émissions totales de carbone – et ce, à jamais – à un peu plus de un demi-billion de tonnes de carbone, soit la quasi totalité de ce que nous avons émis depuis le début de la révolution industrielle.

« La plupart des gens comprennent que les émissions de dioxyde de carbone conduisent inéluctablement au réchauffement climatique,

explique M. Matthews,

mais il est bien plus difficile de saisir la complexité des éléments qui interviennent entre ces deux points. Nos découvertes permettent désormais à chacun d’effectuer une estimation plausible de sa contribution au réchauffement climatique en se basant simplement sur la totalité des émissions de dioxyde de carbone qu’il produit. »

Une conférence réunissant les acteurs de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est prévue pour décembre. À cette occasion, M. Matthews et un groupe de spécialistes internationaux ont écrit une lettre ouverte aux participants leur demandant de reconnaître la nécessité de limiter les émissions cumulatives de dioxyde de carbone afin d’éviter de dangereux changements climatiques.


Référence :
Article : The proportionality of global warming to cumulative carbon emissions
Auteurs : H. Damon Matthews, Nathan P. Gillett, Peter A. Stott & Kirsten Zickfeld
Journal de publication : Nature
Doi : 10.1038/nature08047

Sources : EurekAlert, Concordia University, Ifremer, Wikipedia
Image : Roberto Rizzato

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).