Les nuages participeraient au réchauffement climatique

nuagesUne nouvelle étude de la région du nord-est du Pacifique montre que le réchauffement climatique sur une période de plusieurs décennies fait baisser la couverture nuageuse, ce qui induit à son tour un réchauffement accru. Les chercheurs exposent leurs résultats dans le dernier numéro de la revue Science (référence ci-dessous).

Effet rétroactif négatif

Une prédiction plus fiable du changement climatique mondial doit passer par une meilleure connaissance de l’effet des nuages de basse altitude sur le climat. Certains modèles montrent que ces nuages de basse altitude sont plus nombreux avec le réchauffement. Pourtant, les nuages eux-mêmes peuvent être une source de refroidissement, opérant une « rétroaction négative » (negative cloud feedback en anglais) en faisant obstacle au rayonnement solaire.

Effet rétroactif positif

Amy Clement et ses collègues ont analysé des relevés de la couverture nuageuse effectués depuis cinquante ans par l’observation visuelle et des satellites dans le nord-est du Pacifique. Ils ont trouvé que les nuages de basse altitude ont bien sur le long terme un effet rétroactif positif (positive cloud feedback). Les changements de la couverture nuageuse observés dans cette région s’avèrent liés à ceux de la température locale des eaux de surface et à la circulation atmosphérique à grande échelle.

Les auteurs ont ensuite testé les principaux modèles climatiques et trouvé qu’un seul reproduisait bien cette rétroaction positive. Ce dernier modèle prédit aussi que le climat global sera assez sensible au doublement de la concentration en gaz carbonique de l’atmosphère.


Référence :
Article :
Observational and Model Evidence for Positive Low-Level Cloud Feedback
Auteurs : Amy C. Clement, Robert Burgman, Joel R. Norris
Journal de publication : Science
DOI : 10.1126/science.1171255

Source : EurekAlert

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).