La zone arctique regorgerait de ressources naturelles

Après avoir évalué les ressources naturelles possibles au nord du cercle polaire, des chercheurs annoncent que l’on pourrait bien y trouver 30 pour cent du gaz et 13 pour cent du pétrole qui restent à découvrir sur la planète.

arctique-richesse

Les quantités de pétrole estimées sont relativement faibles comparées à celles connues des grands pays producteurs, aussi les chercheurs ne s’attendent pas à un bouleversement du commerce mondial même si le lieu (et le volume) des ressources en gaz naturel prédit à l’intérieur du cercle polaire devrait largement concerner la Russie.

Donald Gautier et ses collèges présentent ces résultats de l’United States Geological Survey dus à la première estimation détaillée, revue par des experts et en se fondant sur la géologie, des ressources naturelles de la région. Il en ressort que la majeure partie du pétrole sera découverte sous l’océan, sur les marges continentales, et que cela pourrait s’avérer économiquement significatif pour les pays arctiques tels que les États-Unis, le Canada, le Danemark et le Groenland, la Norvège et la Russie.
Les plus grandes réserves de gaz naturel sont néanmoins prédites dans des régions territoriales réclamées à la fois par la Russie et la Norvège. Les chercheurs précisent que la région pétrolifère la plus probable en Arctique se trouve au large de l’Alaska, dans la mer des Tchouktches.


Référence :
Article : Assessment of Undiscovered Oil and Gas in the Arctic
Auteurs : Donald L. Gautier, Kenneth J. Bird, Ronald R. Charpentier, Arthur Grantz, David W. Houseknecht, Timothy R. Klett, Thomas E. Moore, Janet K. Pitman, Christopher J. Schenk, John H. Schuenemeyer, Kai Sørensen, Marilyn E. Tennyson, Zenon C. Valin, Craig J. Wandrey
Journal de publication : Science
DOI: 10.1126/science.1169467

Crédit illustration : Institut polaire français Paul-Emile Victor

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).