Soigner la douleur à sa source

piment-rougeDes chercheurs de l’université du Texas aux États-Unis ont montré qu’une substance chimique très similaire à la capsaïcine – le composé actif du piment – est fabriqué par le corps humain à l’endroit de la douleur. En réussissant à bloquer ces molécules, les chercheurs ont pu créer une nouvelle classe de médicaments antalgiques non-addictifs. Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Clinical Investigation1 datée du 26 avril.

La capsaïcine (8-méthyle N-vanillyle 6-nonénamide) est le composé actif du piment qui produit cette sensation de brûlure dans la bouche. La capsaïcine, en tant que membre de la famille des vanilloïdes, se lie à travers la membrane à un récepteur appelé le récepteur vanilloïde sous-type 1 (VR1 ou TRPV1). De la même façon, quand le corps subit une blessure, il relâche des substances comparables à la capsaïcine, ce sont en fait des acides gras appelés des métabolites d’acides linoléiques oxidés (ou OLAM acronyme du terme anglais oxidized linoleic acid metabolites) qui causent la douleur en se fixant aux récepteurs TRPV1.

Arrêter la douleur

Le Dr Kenneth Hargreaves de l’université du Texas, et son équipe ont tenté de bloquer cette voie. Les travaux sur la souris ont montré qu’en supprimant un gène pour le récepteur, il n’y avait plus sensibilité à la capsaïcine. Cette découverte fut le point de départ pour mettre au point un médicament capable de produire le même effet.

« C’est une découverte majeure que de comprendre le mécanisme de la douleur et comment la soigner de manière efficace. Nous avons découvert une famille de molécules endogène semblables à la capsaïcine qui est naturellement produite quand il y a blessure, et maintenant nous comprenons comment bloquer ce mécanisme avec une nouvelle classe de thérapies non-addictives, »

a déclaré le Dr Hargreaves.

A terme, il espère que ces médicaments vont pouvoir traiter différents types de douleurs chroniques, y compris les douleurs associés au cancer et maladies inflammatoires comme l’arthrite ou la fibromyalgie.

Notes et références

  1. Heat generates oxidized linoleic acid metabolites that activate TRPV1 and produce pain in rodents Amol M. Patwardhan, Armen N. Akopian, Nikita B. Ruparel, Anibal Diogenes, Susan T. Weintraub, Charis Uhlson, Robert C. Murphy & Kenneth M. Hargreaves. Journal of Clinical Investigation []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).