Les spermatozoïdes sont protégés par des gardes du corps

spermatozoides-antioxydantUne équipe française1 a identifié une protéine chargé de la protection du spermatozoïde une fois que celui-ci a quitté le testicule. La protéine appelée GPx5 est une protéine antioxydante qui préviendrait les dommages la dégradation de l’ADN provoqué par le stress oxydant. Ces résultats pourraient avoir un impact clinique important en particulier pour la procréation médicalement assistée (PMA). Les resultats sont publiés dans la revue médicale The Journal of Clinical Investigation2

Stress oxydant et dommages de l’ADN

Les spermatozoïdes se forment dans les testicules et, au sortir de ses derniers, maturent au sein de l’épididyme (voir illustration ci-dessous), où ils acquièrent leurs capacités fécondantes. Durant ces étapes de maturation, les fragiles spermatozoïdes sont sujets au stress oxydant, provocant des dommages des lipides membranaires jusqu’à l’ADN. Pour se prévenir de ces atteintes oxydatives pendant leur maturation et leur stockage entre deux éjaculations, les gamètes sont protégés en partie par « GPx5 »3, une enzyme antioxydante sécrétée par l’épithélium épididymaire.

L’étude montre que des souris mâles dépourvues de cette protéine ont des spermatozoïdes morphologiquement normaux et totalement aptes à féconder un ovule. Cependant quand on croise des femelles sauvages avec ces mêmes mâles déficients en « GPx5 », des taux anormalement élevés de défauts de développement, une augmentation du nombre d’avortement et de la mortalité péri-natale sont constatés. Quelle en est la cause ? Des analyses plus approfondies des spermatozoïdes des animaux dépourvus de « GPx5 » révèlent des atteintes oxydatives de l’ADN spermatique : l’ADN est décompacté et a tendance à se fragmenter.

Impact clinique important

John Aitken de l’Université de Newcastle (Australie) précise, dans un commentaire associé à l’article4, que ces résultats ont un impact clinique important dans le contexte de la fertilité de l’homme vieillissant et dans les technologies de la PMA.
Si ces données sont confirmées chez l’homme, plusieurs applications pourraient être envisagées en vue du diagnostic et de la correction des infertilités post-testiculaires. Dans le domaine de la procréation médicalement assistée, ces résultats permettraient de protéger les semences5 lors de la décongélation avant insémination artificielle, et, plus généralement de mieux prendre en compte l’état de fragmentation de l’ADN spermatique dans les technologies de la PMA.

appareil-genital-male

Source : CNRS

Notes et références

  1. Unité génétique, reproduction et développement, UMR CNRS 6247 / Unité Inserm931, Université de Clermont-Ferrand 1 et 2. []
  2. Epididymis seleno-independent glutathione peroxidase 5 maintains sperm DNA integrity in mice.. E. Chabory, C. Damon, A. Lenoir, G. Kauselmann, H. Kern, B. Zevnik, C. Garrel, F. Saez, R. Cadet, J. Henry-Berger, M. Schoor, U. Gottwald, U. Habenicht, J. R. Drevet et P. Vernet. The Journal of Clinical Investigation. []
  3. GPx5 est de la famille des glutathion peroxydases []
  4. Gpx5 protects the family jewels. J. Aitken. The Journal of Clinical Investigation []
  5. Lors du réchauffement des semences congelées, les spermatozoïdes subissent de fortes atteintes oxydatives. []

Un Commentaire

  1. ce site etait extrêmement utile
    merci pour votre aide
    j’aimerais bien trouver une image légendée de l’appareil génital femmel montrant les organes génitaux externes
    merci

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).