La souris fête ses 40 ans

La souris informatique fête ce mardi ses 40 ans. Le 9 décembre 1968, Douglas Engelbart et son équipe du Stanford Research Institute (Californie) font la première démonstration publique de souris, alors construite en bois et dotée de roues (photo ci-contre).

« Plutôt que de se souvenir de commandes complexes et de les taper sur le clavier, les utilisateurs n’avaient plus qu’à pointer et cliquer »,

explique Géry Casier, chercheur à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Il faut ensuite attendre 1974 pour l’apparition de la souris moderne. L’informaticien suisse Jean-Daniel Nicoud met au point la souris pourvue de deux boutons de commande et montée sur une boule qui lui permet de se déplacer (photo ci-dessous). Il faudra toutefois attendre les années 1980 pour la première commercialisation.

L'informaticien suisse Jean-Daniel Nicoud met au point la souris pourvue de deux boutons de commande et montée sur une boule qui lui permet de se déplacer

Depuis, le groupe suisse Logitech, numéro un du secteur, a fabriqué plus d’un milliard de « mulots », au rythme vertigineux de 376.000 par jour actuellement.

« Sur les cinq dernières années, nous en avons vendu 500 millions, soit autant que sur les 22 premières années de notre existence »,

détaille Gérard Isabel, directeur de la filiale française.

Au fil des ans, l’incontournable partenaire des ordinateurs s’est radicalement transformé.

« Les innovations ont répondu à trois besoins: précision, rapidité et confort »,

résume François Ruault, de Microsoft France.

En 1984, la souris coupe le cordon avec le PC grâce à la transmission sans fil infrarouge. En 1999, plus besoin de tapis: les modèles optiques, caractérisés par leur voyant rouge, relèguent aux oubliettes les spécimens à boule, vrais ramasse-poussière.

Cinq ans plus tard, c’est l’avènement de la technologie laser pour « utiliser la souris sur tous les supports, y compris la moquette ou les surfaces laquées », relate le responsable de Logitech. Microsoft a récemment ajouté à la liste « le marbre, le granit, le bois brut… » avec sa technologie « BlueTrack ».

La souris se dote ensuite d’une molette de défilement pour parcourir des centaines de pages en quelques secondes, tout en veillant à épouser le plus naturellement possible la paume de la main.

Côté design, elle suit la tendance à la personnalisation et à la mobilité des ordinateurs: élégante, parée de diamants ou en couleurs, elle se fait également de moins en moins encombrante, avec des modèles pliables ou se fixant sur le PC.

Une mue qui lui permet de résister au basculement du marché des ordinateurs fixes vers les portables, dotés de pavés tactiles peu faciles à manier: selon l’institut d’études GfK, il devrait encore s’en vendre 5,7 millions en France en 2008, soit 10% de plus que l’an dernier.

Mais sa croissance s’essoufle (+21% en 2006, +12% en 2007) et certains analystes prédisent sa disparition prochaine: dans les cinq ans à venir, les commandes tactiles ou visuelles, « intuitives et amusantes », vont « sérieusement concurrencer » la souris traditionnelle, souligne Stephen Prentice, du cabinet Gartner.

L’iPhone d’Apple, la Wii de Nintendo ou la tablette tactile Surface de Microsoft sont autant d’exemples de technologies « basées sur de simples mouvements humains ».

Pour s’adapter à cette évolution, certaines souris sont désormais manipulables dans l’espace, comme l' »Air Mouse » lancée par la start-up grenobloise Movea.

Plus besoin de surface plane: l’appareil capture les mouvements de la main et peut s’éloigner du PC jusqu’à 30 mètres… la souris n’a peut-être pas dit son dernier mot.

Source: AFP

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).