L’âge du père joue un rôle sur la réussite de la conception

fecondation Une étude française menée par le Centre Eylau pour la reproduction assistée, (Paris) montre la première fois que l’âge du père influe aussi sur la réussite de la conception. Les résultats ont été présentés à Barcelone (Espagne), lors de la conférence annuelle de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE).

L’étude concerne 12.200 couples ayant consulté au Centre Eylau entre 2002 et 2006 (représentant 21.239 inséminations intra-utérines). L’IIU consiste à déposer par cathéter le sperme (préalablement préparé en laboratoire) de l’homme dans la cavité utérine de la femme, afin de faciliter la rencontre entre l’ovocyte et le spermatozoïde.

Les chercheurs ont montré que l’âge de la mère était étroitement associé avec une baisse du taux de grossesse (de 14,5% avant 30 ans à 8,9% après 42 ans). Il jouait aussi un rôle sur le taux de fausses-couches (de 11,1% avant 30 ans à 46,4% après 42 ans).

« Mais nous avons aussi montré que l’âge du père était important dans le taux de grossese, avec un effet négatif chez les hommes de plus de 40 ans »,

a indiqué le Dr Belloc.

« Et de façon peut-être plus surprenante, la proportion de fausses-couches augmentait lorsque le père avait plus de 40 ans »,

a-t-elle ajouté.

Le taux de grossesse passait ainsi de 12,3% lorsque le père avait moins de 30 ans à 9,3% après 45 ans, tandis que le taux de fausses-couches augmentait de 13,7% à 32,4%.

« Nos travaux montrent pour la première fois un lien étroit entre l’âge paternel et le résultat de l’IIU, une information qui devrait être prise en compte dans les programmes de reproduction assistée »,

a indiqué la biologiste.

D’autres recherches ont déjà démontré une baisse du taux de spermatozoïdes et de la qualité du sperme à mesure que l’homme avance en âge. Cependant, peu de preuves cliniques avaient été apportées de l’impact important de l’âge paternel sur la stérilité.

Source: AFP

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).