Les australopithèques mâles restaient dans leur grotte alors que les femelles étaient beaucoup plus aventureuses

Selon une récente étude, les australopithèques mâles restaient dans leur région natale alors que les femelles quittaient leur tribu d’origine une fois leur maturité atteinte. Ce type de comportement est très proche de celui des chimpanzés et des bonobos actuels. L’étude est publiée dans la revue Nature1.

Australopithecus africanus (à gauche). Mrs. Ples, trouvé à Sterkfontein an Afrique du Sud. Paranthropus robustus trouvé à Swartkrans également en Afrique du Sud (à droite). Crédit : Darryl de Ruiter

Les scientifiques ont étudié les restes humains fossilisés retrouvés dans les grottes sud-africaines de Sterkfontein et de Swartkans au nord-ouest de Johannesburg. Les restes de deux espèces avaient été retrouvés sur ces site, Australopithecus africanus (- 2 à – 3 millions d’années) et Paranthropus robustus (-1,2 à -2 millions d’années). Les chercheurs ont analysé la composition chimique de l’émail dentaire à l’aide d’un laser pour minimiser les dégâts sur des fossiles aussi rares et anciens.

Une molaire dAustralopithecus africanus. (Sandy Copeland)

Les chercheurs voulaient au départ comparer les variations saisonnières de régime alimentaire des deux espèces. L’analyse a permis de déterminer le taux de différents isotopes présents dans chaque dent. En effet, chaque individu ingère continuellement (eau, animaux, plantes) des métaux rares contenu dans les sols qui sont spécifiques à chaque région selon la géologie. En étudiant ces éléments on peut déterminer si un individu est originaire de la région ou il a été trouvé en comparant simplement si ses taux d’isotopes correspondent à la région de sa découverte.

Eviter la consanguinité et favoriser le barassage génétique

Les dents de 19 individus différents ont d’abord été classées selon leur taille sachant que les mâles ont une dentition plus grande que celle des femelles. Les différents tests isotopiques ont montré que les isotopes de strontium (strontium 87 et strontium 86) des mâles et des femelles provenaient de région différentes. En effet, les niveaux d’isotopes de strontium des femelles n’étaient pas originaires de la région ou les fossiles furent trouvés. Alors que chez les mâles il y a correspondance entre le lieu de naissance et le lieu de découverte.

Pour les chercheurs cette différence montre un modèle d’organisation sociale particulier ou les mâles restent dans leur tribu (ou région) d’origine, alors que les femelles quittent leur famille (probablement à la puberté) pour s’intégrer à un autre clan. Ce comportement se retrouve chez les chimpanzés et les bonobos actuels qui vivent en liberté mais pas chez les gorilles.

Ce mouvement des femelles permet d’éviter la consanguinité et renouvelle le patrimoine génétique d’une population.

Pour Julia Lee-Thorp de l’Université d’Oxford :

«Ce que ces résultats montrent, c’est que les femelles étaient plus susceptibles de provenir de l’extérieur de la région de la vallée dolomite que les mâles. Elles n’ont pas été très loin, mais elles ne se trouvaient pas dans le même groupe dans lequel elles avaient grandi. »

Julian Lee-Thorp explique que son équipe aimerait pouvoir étudier d’autres fossiles d’australopithèques, mais la nature destructrice des tests chimiques rend peu probable ces nouvelles études. Pour confirmer ces premiers résultats, son équipe s’intéresse également à d’autres espèces d’hominidés, comme Homo erectus2.

Notes et références

  1. Sandi R. Copeland, Matt Sponheimer, Darryl J. de Ruiter, Julia A. Lee-Thorp, Daryl Codron, Petrus J. le Roux, Vaughan Grimes, Michael P. Richards. Strontium isotope evidence for landscape use by early hominins. Nature, 2011; 474 (7349): 76 DOI: 10.1038/nature10149 []
  2. Source article : http://www.hominides.com, Science et avanir, AFP []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).