Empêcher une bactérie de devenir résistante aux antibiotiques

Des chercheurs canadiens viennent de percer le secret du fonctionnement du système immunitaire de certaines bactéries. Cette découverte, qui pourrait permettre à terme d’empêcher une bactérie de devenir résistante aux antibiotiques, est détaillée la revue scientifique Nature1.

Les chercheurs ont démontré que le mode d’action de ce mécanisme immunitaire, appelé CRISPR/Cas, consiste à sélectionner des segments d’ADN étrangers puis à les intégrer à des endroits bien précis dans le bagage génétique de la bactérie, ce qui la protège contre de futures invasions.

Les chercheurs ont fait la démonstration de ce mécanisme à l’aide de plasmides. A l’état naturel les plasmides sont des molécules d’ADN que s’échangent régulièrement les bactéries, au laboratoire les chercheurs se servent de ces plasmide pour introduire dans les bactéries un gène d’intérêt. Le plasmide utilisé ici, qui contenait un gène de résistance à un antibiotique, a été inséré dans des bactéries utilisées dans la fabrication du yaourt, Streptococcus thermophilus. Certaines de ces bactéries ont intégré dans leur génome les segments d’ADN provenant du gène de résistance et les tentatives subséquentes pour introduire le plasmide dans ces bactéries ont échoué.

« Les bactéries étaient tout simplement devenues immunisées contre l’acquisition du gène de résistance »,

commente le professeur Sylvain Moineau de l’Université Laval au Canada qui a dirigé cette étude.

Ce phénomène pourrait expliquer, entre autres, pourquoi certaines bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques alors que d’autres non. »

Intérêt pour l’industrie agroalimentaire

Le système immunitaire CRISPR/Cas protège également les bactéries contre les infections aux bactériophages, un groupe de virus qui s’attaque spécifiquement aux bactéries. Cette découverte pourrait avoir un intérêt tout particulier pour l’industrie agroalimentaire et biotechnologique qui utilisent des cultures bactériennes, notamment l’industrie des yaourts, des fromages et des probiotiques. La contamination des cultures bactériennes par les bactériophages est un problème qui cause d’importantes pertes financières pour ces entreprises2.

Notes et références

  1. The CRISPR/Cas bacterial immune system cleaves bacteriophage and plasmid DNA. Josiane E. Garneau, Marie-Ève Dupuis, Manuela Villion, Dennis A. Romero, Rodolphe Barrangou, Patrick Boyaval, Christophe Fremaux, Philippe Horvath, Alfonso H. Magadán & Sylvain Moineau. Nature. []
  2. Source : communiqué de presse université de Laval.
    Outre Sylvain Moineau, les auteurs de cette étude sont Josiane Garneau, Marie-Ève Dupuis, Manuela Villion et Alfonso H. Magadán de l’Université Laval, ainsi que Dennis A. Romero, Rodolphe Barrangou, Patrick Boyaval, Christophe Fremaux et Philippe Horvath de la compagnie Danisco. []

Un Commentaire

  1. j’adore ce site tres tres tres interessant

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).