Notre peau héberge une flore bactérienne d’une richesse incroyable

Crédit illustration Darlyne A. Murawski/NGS

Crédit illustration Darlyne A. Murawski/NGS

Notre peau héberge des bactéries beaucoup plus diverses que ce que l’on pensait, et les conditions locales, comme des aisselles moites et poilues ou des avant-bras secs et lisses, influencent les types de bactéries qui s’y trouvent rapportent des chercheurs.

Ces résultats, issus de personnes en bonne santé, formeront un socle important pour de futures recherches sur la manière dont les bactéries peuvent être à l’origine de troubles dermatologiques tels que le psoriasis.

Les chercheurs du National Human Genome Research Institute de Bethesda (Maryland, Etats-Unis) ont fait des prélèvements sur 20 endroits du corps de volontaires (voir illustration ci-dessous) et identifié les bactéries qui s’y trouvaient en séquençant leur ADN. Les sites choisis correspondaient à des endroits variés du corps, allant de zones humides (aisselles) aux zones sèches (avant bras) en passant par celles plus grasses (front).

Les chercheurs ont découvert que notre peau héberge un millier d’espèces bactériennes appartenant à 19 phylums et 225 genres différents. La flore la plus diverse se trouve sur les avant-bras qui contient en moyenne 44 espèces différentes et la moins variée derrière les oreilles avec en moyenne 19 espèces bactériennes.

Les 20 sites du coprs humains qui ont servi au séquençage du génome microbien

Les 20 sites du coprs humains qui ont servi au séquençage du génome microbien

Les communautés bactériennes d’endroits précis comme l’arrière du genou sont en général similaires d’une personne à une autre alors que les différences entre les parties du corps sont beaucoup plus marquées. Les auteurs expliquent par exemple que :

« Les aisselles humides et poilues ne sont pas éloignées des avant-bras secs et lisses, mais ces deux niches sont probablement aussi différentes du point de vue écologique qu’une forêt vierge d’un désert ».


Référence
Article : Topographical and Temporal Diversity of the Human Skin Microbiome
Auteurs : Elizabeth A. Grice, Heidi H. Kong, Sean Conlan, Clayton B. Deming, Joie Davis, Alice C. Young, NISC Comparative Sequencing Program, Gerard G. Bouffard, Robert W. Blakesley, Patrick R. Murray, Eric D. Green, Maria L. Turner, Julia A. Segre
Journal de publication : Science
DOI: 10.1126/science.1171700

Source : EurekAlert

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).