Découverte du dernier dinosaure vivant avant leur disparition

La cause de la disparition des dinosaures, il y a 65 millions d’années, fait toujours débat. La découverte d’une petite corne fossilisée de ce qui pourrait être le plus jeune des fossiles de dinosaures découvert à ce jour relance le débat passionné qui oppose les paléontologues sur les causes de leur extinction.

Selon une étude publiée mardi dans la revue Biology Letters de la Royal Society britannique1, la présence de ce fossile dans une couche de sédiments des collines du Montana (Etats-Unis) plaide en faveur d’un brusque changement climatique provoqué par la chute d’un astéroïde sur Terre.

Cette corne de triceratops, longue de 45 centimètres, a été découverte quasiment à la même profondeur que la “ligne” géologique du crétacé-paléogène correspondant à l’impact de l’astéroïde. Cette ligne est bien identifiable dans les coupes du sol à cause de la concentration exceptionnelle en iridium, un métal très rare quasiment absent de la surface de la Terre mais présent dans les météorites. La corne de la bête préhistorique est situé 13 centimètres en dessous de cette ligne.

Pour les chercheurs, c’est le signe d’un impact de la collision avec la Terre d’un gros objet venu de l’espace, qui aurait provoqué une catastrophe écologique rayant brusquement de la planète les dinosaures et de nombreuses autres espèces animales et végétales.

Très controversée au début, cette théorie de l’extinction du Crétacé-Tertiaire (« K-T ») a par la suite été alimentée par de nombreuses études. En mars 2010, une équipe 41 chercheurs en géosciences concluent qu’un astéroïde géant de 15 km de diamètre s’est abattu sur Chicxulub, dans la province mexicaine du Yucatan causant la disparition des dinosaures et beaucoup d’autres espèces il y a 65 millions d’années.

Si les opposants de la théorie de l’extinction ne nient pas la chute de cet astéroïde à l’époque du K-T, ils estiment néanmoins que cette extinction massive est liée à des phénomènes volcaniques beaucoup plus anciens, ayant pour origine l’Inde actuelle. Après 1,5 million d’années, ces éruptions auraient abouti au même résultat que l’astéroïde: lent refroidissement et dépôts d’iridium ou d’autres minéraux rares.

Selon certains d’entre eux, la population de dinosaures aurait d’ailleurs déjà disparu avant la chute de cet astéroïde sur le Yucatan. Une théorie qui repose sur l’existence d’une « couche de trois mètres » dans les sédiments géologiques situés sous ceux du KT, et donc antérieurs à cette période, et dans laquelle aucun fossile de dinosaure n’a jamais été découvert.

pour Tyler Lyson, paléontologue à l’université de Yale et auteure principale de l’étude, leur découverte montre au contraire que cette « couche de trois mètres » n’existe pas :

« La localisation de ce dinosaure démontre qu’il n’existe pas de « vide de trois mètres » au Crétacé et est incompatible avec l’hypothèse selon laquelle les dinosaures étaient éteints avant l’impact de l’astéroïde. Avec ce spécimen on peut dire que les dinosaures se sont éteint à cause de l’astéroïde et qu’il n’y a pas eu de déclin progressif.”

Les adversaires de la théorie de l’extinction subite ne déposent pas les armes pour autant ; la corne est bien situé en dessous de la limite, et non pas au même niveau. Ce à quoi les partisans de la “mort subite” répondent déjà qu’elle s’est enfoncée naturellement dans le sol, un déplacement tout naturel en 65 millions d’années… Le débat n’est pas prêt de se calmer.2.

Notes et références

  1. Tyler R. Lyson, Antoine Bercovici, Stephen G. B. Chester, Eric J. Sargis, Dean Pearson & Walter G. Joyce. Dinosaur extinction: closing the ‘3 m gap’. Biology Letters. doi:10.1098/rsbl.2011.0470 []
  2. Source : National Geographic et AFP
    Credit: Mark Hallett []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).