architecture-maya

Le changement climatique et les Mayas

Le rôle du changement climatique sur la désintégration de la civilisation maya classique reste controversé. Une nouvelle étude sur des stalagmites vieilles de 2 000 ans situées dans une grotte dans le sud de Belize montre que le changement climatique les effets à long terme sur la croissance et la chute des Mayas.

Occupant l’Amérique centrale actuelle, les Mayas ont laissé des traces historiques détaillées de leur riche culture, de leurs systèmes politiques sophistiqués et de leur technologie avancée, par des inscriptions sur des monuments de pierre. Les guerres, mariages, accessions au trône de rois ou de reine étaient liés à des dates du calendrier qui ont été rattachées à des jours précis du calendrier chrétien. La fin de cette tradition, entre l’an 800 et 1000, marque l’effondrement général des systèmes politiques de l’époque maya classique. Comment une société aussi solide a pu disparaître continue d’intriguer les chercheurs.

Dans cette nouvelle étude publiée dans la revue Science1, les chercheurs ont analysé les stalagmites de la grotte Yok Balum à Belize. Les chercheurs y ont mesuré la composition en isotopes de l’oxygène pour reconstituer un relevé des chutes de pluie. Ces isotopes migrent avec l’eau de pluie dans les dépôts caverneux et se trouvent incorporés aux stalagmites, ce qui donne une idée des quantités de pluies tombées sur le sol au-dessus. Ce relevé dans les stalagmites de Yok Balum révèle que les périodes de fortes pluies ont conduit à l’expansion de la population maya et à une prospérité générale des années 440 à 660 de notre ère.

Cette période a été suivie d’une série de sècheresses qui ont provoqué un déclin de la productivité agricole et contribué à une fragmentation sociétale et à un effondrement politique. Les plus sévères sècheresses enregistrées lors des années 1020 et 1100 se sont produites après la chute des centres de l’État maya. Les chercheurs avancent que le dessèchement à long terme du climat a contribué aux stress environnementaux et sociétaux qui ont perturbé l’expansion de la population et résulté dans la fragmentation finale des systèmes politiques mayas. Les chercheurs projettent d’utiliser les données de cette étude pour modéliser la dynamique complexe des changements climatique, environnemental et sociétal2.

Notes et références

  1. Development and Disintegration of Maya Political Systems in Response to Climate Change. Douglas J. Kennett, Sebastian F. M. Breitenbach, Valorie V. Aquino, Yemane Asmerom, Jaime Awe, James U.L. Baldini, Patrick Bartlein, Brendan J. Culleton, Claire Ebert, Christopher Jazwa, Martha J. Macri, Norbert Marwan, Victor Polyak, Keith M. Prufer, Harriet E. Ridley, Harald Sodemann, Bruce Winterhalder, Gerald H. Haug. Science. []
  2. Via EurekAlert. []

Commentaires Clos.

Note aux utilisateurs concernant la publication d'informations médicales :
Publiez uniquement des informations que vous jugez véridiques à la lumière de vos connaissances.
Si les données médicales diffusées ne proviennent pas de votre expérience personnelle, vous devez indiquer les sources (références, liens, etc.).